• Vers Arad

     Après 3 jours à Jérusalem, il est temps de voir le reste du pays. Nous prenons la direction de l'est, vers Jéricho en Cisjordanie avec un arrêt au monastère saint Georges (à droite) dans le wadi qelt, une vallée. 

    saint georges cisjordanie israel

     

    Le monastère grec orthodoxe Saint-Georges-de-Koziba se trouve le long de la route qui relie Jérusalem à Jéricho. Situé dans l’une des plus célèbres gorges du désert de Juda, le Wadi Al-Qelt, il évoque le Psaume 23 « si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure ». Le monastère de saint Georges édifié en 476 est taillée dans la roche et forme une icône architecturale unique. En 614, le monastère fut détruit par les Perses et presque tous les religieux qui y habitaient furent tués ; leurs restes sont toujours conservés au monastère. L'ensemble du complexe est dédié au moine Georges, arrivé à la fin du VIe siècle. 

    Un peu plus loin, on laisse la voiture, on prend le sentier (pentu) et en une petite quinzaine de minutes on accède au monastère.

    Au fil des siècles, les moines orthodoxes ont choisi de vivre dans les espaces réservés du monastère, visité par des touristes du monde entier, malgré les difficultés d'accès au complexe. L’église orthodoxe célèbre la fête de saint Georges le 20 janvier. Les pèlerins arrivent tôt dans la soirée à pied ou à dos d'âne. Le lendemain, la fête a lieu à l'aube. Présidé par le patriarche orthodoxe de Jérusalem Théophile III, avec les moines et le clergé, en présence de pèlerins locaux et étrangers.

     

    Beaucoup de femmes viennent ici pour demander la grâce de la maternité. Selon les évangiles apocryphes, Joachim a poussé son troupeau jusque-là, a pleuré pendant 40 jours la stérilité de sa femme Anne et a reçu par l’ange l'annonce de la naissance de la Vierge Marie.

     

    Le soleil est devenu plus franc, nous retournons au point de vue de tout à l'heure.

     

    Ensuite, on reprend la route, direction le sud, nous longeons la mer morte. La route est excellente, meilleure qu'à Tel Aviv et surtout il n'y a pas grand monde. Un seul check-point. 

    Un bain, pas de bain ? J'hésite. Elle est vraiment poisseuse et je n'ai pas de serviette...


    Mais oui et des kangourous aussi...

    Bon, ben il y en a...

    « Bethléem et le monastère Mar SabaMasada »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :