• Wroclaw

    Notre autotour finit par Wroclaw. Un petit air de Strasbourg avec ses canaux...ou de Venise.  Avec ses 110 ponts routiers et passerelles qui relient les berges de l’Oder, Wroclaw est parfois appelée la Venise polonaise (seules Venise, Amsterdam, Saint-Pétersbourg et Hambourg en comptent plus). 

    Depuis plus de mille ans Wroclaw se reflète dans les eaux de l’Oder. Portant les traces des règnes tchèque, allemand et polonais, Wroclaw est une ville véritablement européenne. La capitale de la Basse-Silésie, 4e ville du pays avec ses 637 000 habitants, Wroclaw est le centre culturel, économique, universitaire et touristique le plus important du sud-ouest de la Pologne. Ses merveilleuses maisons, ses églises, l’université et une pléiade de lauréats du Prix Nobel, sont autant de témoignages de l’ancienne splendeur de Wroclaw.

    Nous passons d'une île à l'autre et entrons ici dans le centre-ville historique.

    C'est dimanche aujourd'hui; beaucoup d'enfants ont reçu un ballon et de nombreuses femmes portent une fleur ou un petit bouquet à la main, cadeau de leur chéri.

    Nous passons sous le beau bâtiment de l'université (très réputée avec ses 10 lauréats du Prix Nobel).

    La Maison baroque au Soleil d’Or (Kamienica pod Zlotym Sloncem) abrite le Musée de Pan Tadeusz.

    Nous avançons lentement, après la grandiose université, les premiers cafés apparaissent.

    Au fil de vos pas, nous croisons d’étranges petites statues en bronze. Ces Krasnale veillent sur la ville depuis la commémoration du mouvement anarchiste « Alternative Orange » en 2001. Aujourd’hui, la chasse aux lutins est devenue une occupation à part entière. Près de 400 figurines ont élu domicile dans la ville, certaines plus cachées que d’autres. Je crois qu'il existe un plan pour les trouver tous mais il est bien plus drôle de les rencontrer au hasard, au détour d'une rue...  Ils ont même leur propre site Internet: http://krasnale.pl/en  

    Et nous voilà au rynek, la place du marché. Celle-ci est la plus grandiose, la plus impressionnante de toutes celles que nous avons vues. Les bâtiments de Varsovie étaient plus originaux, ceux de Gdansk plus fastueux mais ici, la taille change la perception générale. La place est grande, beaucoup plus grande et les couleurs s'allument en ce milieu d'après-midi. C'est magnifique ! De plus, comme c'est dimanche, l'animation est maximale, les familles déambulent, les cafés ne désemplissent pas. Ballons et fleurs se multiplient apportant un sourire sur tous les visages (même masqués  !)

    C'est bien de ce côté-ci que l'animation est la plus élevée. Cafés et restaurants appréciés attirent la jeunesse.

    La construction de l'hôtel de ville s'étend sur une période d'environ 250 ans, de la fin du XIIIe siècle au milieu du XVIe siècle. Le plan de la structure et le sol changent au cours de cette longue période, en réponse à l'évolution des besoins de la ville. La date exacte de la construction initiale n'est pas connue, mais se situe entre 1299 et 1301, quand une structure d'un étage avec des caves et une tour, appelée le consistoire, est construite. Les parties les plus anciennes de l'édifice actuel, la salle des Bourgeois et les étages inférieurs de la tour, dateraient de cette époque. La destination principale de l'édifice est alors plus le commerce que l'administration municipale.

    Les xve et xvie siècles sont des périodes de prospérité pour la ville. Le programme d'agrandissement s'accélère, en particulier au cours de la période 1470-1510, lorsque plusieurs salles sont ajoutées, la salle des Bourgeois reçoit une nouvelle voûte. L'étage supérieur commence à prendre forme avec le développement de la grande salle et l'ajout du Trésor et du Petit Trésor.

    D'autres innovations au cours du xvie siècle comprennent l'ajout des armoiries de la ville en 1536, et la reconstruction de la partie supérieure de la tour en 1558-1559. C'est la dernière étape du programme principal de construction du bâtiment qui prend l'aspect que nous lui connaissons encore aujourd'hui.

    C'est le moment de la pause.

    Fin de la 1ère journée dans cette belle ville. Après un dîner rapide au centre-ville, retour sur notre île.

    Lendemain matin : avant de partir pour la campagne alentour, un petit arrêt devant ce bâtiment étrange. La Halle du centenaire, un jalon de l’histoire de l’architecture en béton armé, a été construite entre 1911 et 1913 par l’architecte Max Berg. C’est un bâtiment à plan central au cœur du Parc des Expositions servant de salle d’exposition polyvalente. La Halle du centenaire forme un quadrilobe symétrique (trèfle), avec un vaste espace circulaire au centre qui peut accueillir 6 000 sièges. Le dôme nervuré de 23 m est coiffé d’une lanterne d’acier et de verre. La Halle du centenaire est un exemple précurseur du début de l’architecture et de l’ingénierie moderne ; elle illustre un important échange d’influences au début du XXe siècle et elle est devenue une référence majeur dans l’évolution postérieure des structures en béton armé; d'où son classement sur la liste de l'Unesco. 

     

    Fin du séjour : dernière pause avant de filer sur Varsovie et de prendre le vol retour.

    « Les chantiers navals de Gdansk et architectureJour des morts et cimetières »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :