• Shirakawago

    Après Takayama, direction Shirakawago. Le déjeuner en arrivant.

    Blottis au cœur des montagnes, Shirakawa-go et Gokayama sont de tranquilles villages traversés par une rivière et entourés de rizières. Pourtant ces villages mitoyens sont classés au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1995, grâce à leurs maisons traditionnelles construites dans le style gassho-zukuri. La principale caractéristique de ces maisons en bois est leur toit de chaume en forme de triangle pentu, comme des mains en prière (gassho), afin de supporter le poids de la neige, abondante dans cette région. 

    Ce sont de grandes maisons de 18m de long sur 10m de large sur quatre niveaux, où plusieurs générations vivent ensemble. Le dernier niveau est traditionnellement réservé à l'élevage de vers à soie.

    Les maisons de style Gassho que l’on peut observer dans les villages historiques de Shirakawa-go et Gokayama sont des exemples assez uniques en leur genre au Japon. Situés dans une vallée au pied des hautes montagnes escarpées de la région de Chubu, au centre du Japon, ces trois villages étaient isolés et, pendant longtemps, l’accès à la région fut difficile. Le bien inscrit est constitué des villages «d’Ogimachi», dans la région de Shirakawa-go, et de «Ainokura» et «Suganuma», dans la région de Gokayama. 

    Ils sont tous situés le long de la rivière Sho dans les préfectures de Gifu et de Toyama. En raison du contexte social et géographique, un type particulier d’habitat s’est développé : les maisons de style Gassho, un style de fermes unique dans son genre qui profite avantageusement d’un système très rationnel de structures développé pour s’adapter à l’environnement naturel et aux spécificités socio-économiques du site, notamment, la culture du mûrier et l’élevage du ver à soie. Ces grandes maisons ont des toits de chaume très pentus. Des groupes de plusieurs maisons ont été conservés, et dans la plupart des cas, les dépendances et annexes l’ont été également, ce qui a permis aux paysages associés de demeurer intacts.

    Ogimachi, Ainokura et Suganuma sont des exemples rares de villages dans lesquels des maisons de style Gassho sont conservées à leur emplacement d’origine et en groupe, telles qu’elles se sont développées le long de la rivière Sho. Bien que, depuis la Seconde guerre mondiale, dans chaque village, le nombre de maisons de style Ghasso ait diminué, le bien inscrit présente des groupes de maisons, toutes de style Ghasso, ayant subsisté, ce qui permet aux villages de garder leur aspect et leur caractère traditionnels. En outre, aucune modification conséquente n’a été apportée aux systèmes de routes et de canaux et les modèles traditionnels d’utilisation des terres, y compris des arbres, des forêts et des terres agricoles, ont été conservés.

    Les effets négatifs de la construction d’une autoroute à moins d’un kilomètre d’Ogimachi et de Suganuma sur le paysage panoramique ont été atténués par la plantation de végétaux sur le bord des voies et sur les talus, par une conception très contrôlée des ponts et par d’autres types de protection visuelle depuis le village d’Ogimachi.

    Le caractère entier et intact de l’intégrité du bien est ainsi garanti.

    Tout en témoignant d’une époque, les trois établissements humains constituent en eux-mêmes des éléments historiques éminents. Les villages existent depuis le 11e siècle et chacun d’entre eux a développé un fort sentiment communautaire. Les systèmes sociaux et les modes de vie traditionnels ont permis de conserver les maisons de style Gassho et l’environnement historique qui y est associé. Du point de vue du cadre, de la fonction et des systèmes traditionnels de gestion, le degré d’authenticité est élevé.

    Le travail d’équipe, une coutume communautaire, a permis de conserver les toits de chaume en bon état et les pratiques et principes de restauration en vigueur depuis fort longtemps au Japon ont été mis en œuvre lorsque des travaux de conservation plus importants se sont avérés nécessaires. Une attention toute particulière est accordée au recours à des matériaux et des techniques traditionnels, l’utilisation de nouveaux matériaux étant très strictement encadrée. En effet, la construction modulaire standardisée de semblables structures traditionnelles en bois se répandant, il convient d’être prudent en matière de reconstruction et de remplacement de maisons. Les maisons de style Ghasso conservent leur authenticité en matière de forme et de conception ainsi que de matériaux et de substance.

    En grimpant la petite colline à l'entrée du village, on bénéficie d'une vue splendide.

    Descente et poursuite de la balade dans le village.

    Habitude nippone répandue, même si les chiens restent rares.

    « MiyajimaKinkaku-ji »

  • Commentaires

    1
    JJ
    Lundi 25 Juillet 2016 à 09:52

    Tressage et tissage en paille de riz?

    Clôture de "bambou"(?) délicate:rassurante,légère et raffinée à la fois.

    La nature :portée des mains de l'Homme... Artisans d'un autre temps?

    Petit village aux allures de "maisons des 7 nains".... Et cette princesse au sourire "chat-oyant" !Rayonnant.

     

     

    2
    MS
    Mardi 26 Juillet 2016 à 07:34
    3
    Mardi 26 Juillet 2016 à 07:59

    Merci !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :