• Bethléem et le monastère Mar Saba

    La basilique de la Nativité (كنيسة المهد) à Bethléem est l'une des plus vieilles églises du monde, bâtie selon la tradition, sur le lieu présumé de la naissance du Jésus de Nazareth. Elle a été érigée au IVe siècle par l'empereur romain Constantin Ier et restaurée sous Justinien au VIe siècle. Les Croisés fortifient l'église et réduisent la porte justinienne au XIIe siècle probablement pour se protéger des envahisseurs ou conserver l'impression de grotte (l'arc brisé gothique au-dessus de la porte actuelle est un vestige de cette porte de l'époque croisée). Elle est à nouveau abaissée après 1515 et réduite à sa forme (entrée rectangulaire avec jambages et architrave) et dimension actuelle afin d'assurer la sécurité du lieu. Selon la tradition, elle a été construite très basse pour éviter l'entrée de combattants ottomans à cheval et pour forcer le fidèle à se baisser, d'où son nom de « Porte de l'Humilité ». Certains Juifs orthodoxes refusent d'emprunter cette porte. Cette entrée sert également de sortie, ce qui n'est pas sans danger en cas d'urgence, comme un incendie par exemple. La clé de la porte est aux mains des orthodoxe qui l'ouvrent à l'aube et la ferment vingt minutes avant le coucher du soleil. 

    Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2012, la basilique reçoit chaque année plus de deux millions de visiteurs. Le 29 juin 2012, elle devient le premier site palestinien au Patrimoine mondial. Dans cette démarche de revalorisation de l'église, Israël et les Etats-Unis dénoncent une motivation strictement politique de la part de l'Autorité palestinienne

    L'église possède également un ensemble complexe de lampes éternelles suspendues.

    Située sous la basilique, la grotte rectangulaire de 12,3 m de long, 3,5 m de large et 3 m de hauteur, illuminée par 53 lampes, consacre le site où Jésus serait né selon la tradition chrétienne. Ses parois naturelles, décorées à l'époque de Constantin, sont recouvertes de marbre à l’époque byzantine. Deux escaliers latéraux semi-circulaires, construits à l'époque justinienne, mènent à deux portes en bronze, de la même époque, qui permettent d'accéder à la Grotte. Devant l'afflux de pèlerins, la visite est très réglementée (file d'attente, timing assuré par un factionnaire, entrée par la porte sud, sortie par la porte nord).

    L'église est actuellement administrée conjointement par l'Église orthodoxe de Jérusalem, l'Église catholique et l'Église apostolique arménienne. Toutes les trois maintiennent des communautés monastiques sur le site. Un firman (décret royal) a fixé, en 1852 sous l'Empire ottoman, les droits, devoirs, privilèges et titres de propriétés des diverses autorités ecclésiastiques qui ont la garde des Lieux saints. Ce « statu quo », toujours en vigueur à ce jour, est garanti par le traité de Berlin (1878).

    • L’Église orthodoxe de Jérusalem possède la partie principale de la basilique, l'ensemble des cinq nefs, le chœur et le transept sud dans la basilique, ainsi que l'autel de la Nativité dans la grotte.
    • L'Église apostolique arménienne possède le transept nord et l'autel. Et, occasionnellement, l'autel de la Nativité dans la grotte.
    • Le Patriarcat latin de Jérusalem possède l'autel de l'Adoration des Mages dans la grotte de la Mangeoire. Mais, également, l'étoile d'argent située sous l'autel de la Nativité.

    Comme la queue pour entrer dans la grotte est longue, nous remontons en voiture et direction le monastère de Mar Saba. Le monastère de Mar Saba ou laure de Saint-Sabas (Λαύρα Σάββα τοῦ Ἡγιασμένου) appelée aussi Grande Laure est un monastère orthodoxe hiérosolymitain situé à quelques kilomètres de la ville de Bethléem dans le désert de Judée, en Cisjordanie. C'est un des plus anciens monastères chrétiens.

    Le monastère a été fondé au Ve siècle par saint Sabas le Sanctifié (vers 443-532). La première église, dans une chapelle, à la manière cappadocienne, est dédiée à Théotokos (Mère de Dieu) le 12 décembre 490 ; la seconde date du 1er juillet 501. Le monastère accueillit au VIIe siècle saint Jean Damascène, saint de l’Église orthodoxe et de l’Église catholique.
    L'entrée est interdite aux femmes. Je visite donc seul. De nombreux prêtres (moines ?) sont présents.

    Vue depuis l'arrière du monastère.

    Et nous repartons vers Bethléem....

    « Le mur de séparation à BethléemVers Arad »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :