• Athènes compte plus de 3 700 000 habitants (pour un pays de moins de 11 millions). Grâce à son histoire antique, Athènes est l'un des centres touristiques les plus importants au monde. Le Parthénon (temple consacré à Athéna), situé sur l'Acropole (le plateau autour duquel Athènes a été construite) est l'un des lieux les plus visités.

    Athènes fut le berceau de la première démocratie de l'histoire de l'humanité : elle est née au Ve siècle av. J.-C. (temps de Périclès). La cité des athéniens, au Ve siècle av. J.-C., était puissante militairement, et les habitants unis dans leur croyance de leurs dieux ce qui leur permirent de dominer un assez vaste territoire.

    Le Parthénon (parthénos, « jeune fille ») est le grand temple de la déesse grecque Athéna, situé sur l'acropole. C'est le plus connu des monuments grecs classiques. Il a été construit de -447 à -432 par l'architecte Ictinoset décoré par le sculpteur Phidias, à l'initiative de Périclès, qui gouvernait alors Athènes.

    Le Parthénon avait une double fonction :

    • d'une part, c'était le grand temple consacré à la déesse Athéna, déesse de la guerre et de la sagesse, qui abritait la statue chryséléphantine d'Athéna, sculptée par Phidias et consacrée en -439/-438 ;
    • d'autre part, c'était un trésor, le lieu où, à partir de 454 av. J.-C. l'on gardait l'argent de la Ligue de Délos, c'est-à-dire l'ensemble des fonds versés par Athènes et ses alliés pour faire la guerre contre l'empire perse.

    L’Érechthéion est un temple grec d’ordre ionique de la fin du Ve siècle av. J.-C., situé au nord du Parthénon. Il a été construit sur l'ordre de Périclès et achevé pendant la guerre du Péloponnèse en 406 av. J.-C..Ce temple ionique est célèbre pour sa cage d'escalier extérieure ornée des statues des Caryatides.

    Terrasse de l'hôtel.

    Le lendemain, 1er mai, la population athénienne se dirige vers le cap sounion et ses plages; ça bouchonne beaucoup et il vaut mieux rester en ville. Alors pourquoi ne pas prendre le téléphérique du mont Lycabette ? Lycabette est un quartier résidentiel au centre d’Athènes célèbre pour sa colline éponyme qui culmine à 277 mètres. Le mont Lycabette est le point culminant de la capitale. Il récompensera toute montée à pied, par sa vue à 360 degrés sur Athènes. Au sommet, la chapelle Saint-Georges (Agios Georgios) vaut le coup d’oeil. Après la montée en téléphérique, nous redescendons à pied !

    Petit tour dans le quartier du Pláka, c'est le quartier ancien d’Athènes. Situé en contrebas de l’Acropole, à l'est de celui-ci, il est très touristique. C'est un dédale de petites rues, où l'on trouve aujourd'hui de nombreux restaurants et magasins de souvenirs.

    Les fameuses spartiates !

    Encore un tour en petit train ce 1er mai...On démarre par le Parlement. Construit en 1843, il accueille les 300 députés grecs (élus pour 4 ans) depuis 1929. Il se situe sur la place Syntagma, ou place de la constitution.


    votre commentaire
  • Après les Météores, Delphes est notre seconde étape.

    Le site est merveilleusement situé à flanc de montagne.

    Delphes est le site d'un sanctuaire panhellénique, situé au pied du mont Parnasse, en Phocide, où parlait l'oracle d'Apollon à travers sa prophétesse, la Pythie.

     

    Il abritait également l'Omphalos ou « nombril du monde ». Investi d'une signification sacrée, Delphes fut du VIe au IVe siècle av. J.-C. le véritable centre et le symbole de l'unité du monde grec.

    Le nom de Delphes vient du mot « dauphin » : dans la poésie homérique, Apollon aurait pris la forme de cet animal pour attirer les marins crétois chargés d'instaurer son culte sur le site.

    Le site du sanctuaire de Delphes comprend aussi un stade, qui conserve une ligne de départ en excellent état, un théâtre à flanc de colline, et des zones annexes de monuments à caractère votif ou commémoratif, dont celui de la tholos, petit édifice circulaire dont on ne connaît pas la destination précise (voir plus bas).

     

    Le trésor des Athéniens (érigé probablement vers 490-480 av. J.-C.) se trouve dans un virage de la montée vers le temple d'Apollon. Il mesure 6,5 m × 9,5 m et commémore la victoire de Marathon. Le décor est composé de métopes doriques représentant les exploits d'Héraclès et de Thésée. Sur l'avant, il présente un combat de Grecs contre les Amazones.

    Monuments commémoratifs et votifs

    De part et d'autre du chemin donnant accès à la terrasse du temple se dressaient des monuments (trésors, portiques, statues) offerts par les cités grecques pour abriter des offrandes ou commémorer des événements heureux.

    La colonne offerte par les habitants de l'île de Naxos, vers 575 av. J.-C., est le plus ancien de ces monuments. Elle est constituée d’un fût et d’un imposant chapiteau d’ordre ionique, lui-même surmonté d'une sphinge (sphinx femelle) de deux mètres de haut.

    Le trésor de l'île de Siphnos (vers 525 av. J.-C.) est très connu pour son décor architectural d'ordre ionique comprenant de nombreuses sculptures, dont une frise continue qui montre un épisode de la guerre de Troie. Ce décor, mentionné par Hérodote et Pausanias, fut redécouvert lors des fouilles de l'École française d'Athènes, en 1893.

    Tête de statue chryséléphantine masculine trouvée dans les fosses de l'Aire (espace sacré devant le grand mur polygonal)

     L'Aurige

    Cette statue de bronze, grandeur nature, merveilleusement conservée, représente un aurige (conducteur de char), tenant les rênes, juste avant le départ de la course. Le char a entièrement disparu, mais quelques éléments des chevaux ont été retrouvés. L'ensemble, daté de 470 av. J.-C., est l'un des chefs-d'œuvre de la statuaire grecque antique.

    La vue depuis la chambre de l'hôtel !


    votre commentaire
  •  

    Depuis Ayia Napa, il existe un point de passage vers la RTCN qui débouche sur la ville de Famagouste. En entrant en RTCN, on ne s'aperçoit guère du changement, on continue de rouler à gauche, le paysage est identique et seule la présence des casques bleus rappelle la tension entre les deux communautés. Les soldats ont payé un lourd tribut ici : 183 morts ! 

    Ici comme de l'autre côté, les hommes passent pas mal de temps au café et jouent en buvant le chai.

    TAVLA
    Le tavla et le okey sont des jeux de société extrêmement populaires en Turquie et sont des éléments indispensables des cafés turcs. Le tavla dont une version est appelée "backgammon", a été conçu il y a 1400 ans par le Grand Vizir Büzur Mehir de l'Empire perse. En réponse au cadeau de l'Empereur d'Inde, qui lui a adressé un jeu d'échec sans y joindre les règles du jeu, mais avec cette note : "Celui qui réfléchit le plus, celui qui sait le plus, celui qui prévoit le plus est celui qui gagne. C'est ça la vie !"
    A son tour, le Grand Vizir de l'Empire perse lui envoie sans précision de règles du jeu le tavla, avec cette simple note : "Oui, celui qui réfléchit le plus, celui qui sait le plus, celui qui prévoit le plus est celui qui gagne. MAIS C'EST EGALEMENT DE LA CHANCE ! C'EST CA LA VIE!

    La mosquée Lala Mustapha Pacha (turc : Lala Mustafa Paşa Camii) antérieurement connue sous le nom de cathédrale Saint-Nicolas est l'édifice médiéval le plus important de Famagouste en Chypre du Nord. Construite au début du XIVe siècle dans un style gothique classique alors que l'île est sous la domination de la Maison de Lusignan, une famille d'origine française, la cathédrale est transformée en mosquée après la capture de Famagouste par l'Empire ottoman en 1571, fonction qu'elle a encore de nos jours. Elle porte le nom de Lala Mustafa Pacha, le conquérant de l'île.

     

    St Nicolas

    En raison de la tradition iconoclaste de l'islam sunnite, la plupart des têtes humaines et d'animaux ornant l'édifice sont détruites. Plus tard, la mosquée est surmontée d'un minaret. À partir de cette époque, et jusqu'à la prise de possession de Chypre par les Britanniques en 1878, l'entrée de l'édifice est interdite aux chrétiens. Aujourd'hui, nous avons donc pu entrer et un guide s'est empressé de conduire la visite.

    Depuis les remparts, la vue s'étend sur la vieille ville côté mer et sur la ville nouvelle, côté terre.

    Atatürk, père fondateur de la nouvelle Turquie, " que penses-tu de tout ça ?"....

     


    votre commentaire
  • 5 heures de route depuis Sighetu Marmatiei et nous voici à Gura Humorului. La pension n'ouvrant qu'à 17 heures, on démarre les visites. D'abord Voronet puis Humor à 5 km environ.

    En arrivant à Humor, nous apercevons un cortège avec deux musiciens jouant de longues trompes.

    Juste derrière, nous apercevons un groupe d'hommes portant un cercueil, il s'agit d'un enterrement ! Le cercueil est ouvert et le cortège se dirige rapidement vers le cimetière du village.

    La nouvelle église au sommet de la petite colline. 

    Et juste à côté, le monastère. Il a été bâti sous l'ordre du logothète Toader Bubuiog entre 1530 et 1535.

    Le premier monastère bâti en 1415 par Ioan Vornicul sous le règne d'Alexandre Ier cel Bun a été complètement détruit. le nouveau monastère a été rebâti entre 1530 et 1535 par Toader Bubuiog à l'initiative du prince Pierre IV Rares.

    Le fondateur, Toader Bubuiog († janvier 1539) et son épouse sont inhumés dans la chambre funéraire et un tableau votif l'y représente ainsi que le prince Pierre Rares qui a patronné le programme de restauration des monastères de la principauté de Moldavie.

    Au-dessus de sa sépulture une fresque de la Vierge avec à ses pieds son épouse Anastasia († 29 septembre 1527).

    Ce n'est qu'en 1990 qu'une communauté de nonnes va se réinstaller dans les lieux.
    Ici également, leurs journées sont rythmées par des prières et des rites (un peu curieux pour nous).

    L'église dédiée à l'Assomption est la première église à avoir été peinte à l'extérieur. Les fresques dont la couleur dominante est le rouge sont l'œuvre du peintre Toma de Suceava. La façade occidentale est dominée par une peinture du Jugement dernier.

    En poursuivant dans cette petite vallée, le décor automnal est de toute beauté. Les douces collines, la variété des essences et l'alternance des clôtures rythment ce magnifique paysage.

    Il est temps de retourner à Gura, un repas de fête nous y attend...

     


    3 commentaires
  • Cette exposition temporaire est consacrée à un objet de la vie quotidienne protégeant depuis des millénaires la plante des pieds des hommes, des femmes et des enfants: la chaussure.

     Photos de MMS

    En collaboration avec le Northampton Museum and Art Gallery en Angleterre, qui dispose de la plus importante collection de souliers historiques au monde, ce voyage nous emmène à travers la mode de la chaussure de ces 3000 dernières années par l’intermédiaire de plus de 220 paires de modèles originaux. En plus de sa fonction de protection et de son aspect mode très important pour de nombreux utilisateurs, la chaussure a de tout temps eu à voir avec le statut social et le sentiment d’appartenance à un groupe. Dans l’Égypte ancienne, seuls les pharaons avaient le droit de porter des sandales en feuilles d’or ou d’argent. La plus ancienne chaussure de l’exposition provient d’Égypte et date approximativement de l’an 1000 av. J.-C.

    Au centre de l'exposition de chaussures, on trouve des œuvres de création originales... celles que l'on voit ici...

     

     

    Vidéo (en bleu) dans l'escarpin.

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Capo greco 1 en décembre           Capo greco 2             Paphos 1

    Les églises byzantines   Paphos 2

    Capo greco en février        Le Troodos en février  


    votre commentaire