•  

    Départ de Bâle à 11h20 arrivée à Catane à 13h30 Vol 1229.

     

    Transfert vers Milazzo Autonoleggi Eoliebooking 15h : durée : 1h45 Réservation obligatoire (25€ /personne)

    http://www.eoliebooking.com/navetta/indexfra.asp

     mini bus, arrivée à 16h30

     

     

    Hydroglisseur à 17h, direction Lipari (17€/personne+ valise supplémentaire)

    Les îles éoliennes

     

     

     

     

    Hotel Rocce AzzurreVia Maddalena, 69, Lipari, 98055, Italie – Voir l'itinéraire+390909813248

     

    Vendredi :

    Location de voiture et tour de l'île de Lipari

    Idem

     

     

     

     

    Samedi :

    hydroglisseur, direction Vulcano.

    Rando juqu'au sommet et autour du cratère.

    Bain de boue au retour et bain de mer.

    Idem

     

     

     

     

    Dimanche

    visite du musée archéologique de Lipari

    Les îles éoliennes

    Idem

     

     

     

     

    Lundi :

    repos à Lipari jusqu'à midi.

    Hydroglisseur, direction Panarea

    Les îles éoliennes

     

    Hotel Lisca Bianca Via Lani 1, Panarea, 98050, Italie - Voir l'itinéraire
    tel 0039 090983004

     

    Mardi :

    Hydroglisseur, direction Stromboli.

    Petite rando (10h30-15h)

    Idem

     

     

     

     

     

    Mercredi :

    Hydroglisseur vers Milazzo à 12h25

    14h45 : Transfert vers Catane Eoliebooking  durée : 1h45 Réservation obligatoire http://www.eoliebooking.com/navetta/indexfra.asp 

    visite du palais Biscari à catane

     

    Catania International Airport Hotel Via San Giuseppe La Rena 94, Catania, 95121, Italie - Voir l'itinéraire
    Tel 0039 0957234555

     

    Jeudi

    Départ 14h10 de Catane

    Arrivée à Bâle à 16:30 sur le Vol 1230

     

     

     

     

     

     

    Pour les transports, voir la rubrique "Avec qui partir ?"


    2 commentaires
  • La saison touristique n'a pas démarré et le calme règne dans Lipari.

    Les voitures sont rares voire absentes des îles. Sur Lipari, on peut rouler sauf au centre ville, alors faisons le tour de cette petite île.

    On commence le circuit avec la petite Fiat De Luiggi. 

    Les récalcitrants et opposants au régime de Mussolini sont emprisonnés ou relégués dans les îles Lipari, qualifiées de «bagnes de feu»... Ici près de Porticello, leur espérance de vie était réduite à quelques mois avec le travail de la pierre ponce. La pierre ponce, une variété poreuse de l'obsidienne, dont elle a la même composition ; elle a une couleur gris blanchâtre et est très légère à tel point qu'elle flotte sur l'eau. Dans la préhistoire, elle était utilisée comme pierre abrasive sur laquelle on polissait les ustensiles. Aujourd'hui, elle est utilisée comme abrasif industriel, comme matériel de construction et comme isolant acoustique. Les grandes carrières de pierre ponce qui ont éventré et blanchi les flancs du Mont Pelato ont fourni du travail à des générations de Liparotes, mais l'extraction, ces dernières années est en forte baisse.

    L'obsidienne qu'on voit ici est une roche volcanique vitreuse et riche en silice. Elle était avant l'apparition des métaux, la matière la plus dure et la plus coupante connue par l'homme et a contribué à la richesse de Lipari.

    A Quattropani, on laisse l'auto et on poursuit à pied à travers la cave di caolino.

    Les kaolins sont des argiles blanches, friables et réfractaires, composées principalement de kaolinite, soit des silicates d’aluminium. Découverts à l’origine en Chine, ils sont à la base de la fabrication de la porcelaine, mais sont aussi utilisés dans l'industrie du papier, la médecine et la cosmétique.

    Le sentier côtoie les parois de la carrière, où d’anciennes fumerolles ont produit des polychromies remarquables, fruit de l'altération des roches; un champ de fumerolles toujours actif, démontre que l'activité volcanique est toujours présente.

    Un peu plus loin, les thermes romains de San Calogero, les plus anciens du monde, un centre thermal restauré qui exploite ses eaux thermales pour le traitement de plusieurs pathologies. La découverte de la tombe à tholos mycénienne datant du XIVe siècle avant J.C et unique dans son genre hors de la Grèce, a trouvé des preuves d’un commerce florissant avec la Magne Grèce.

     

    Devant les termes, un guide improvisé ira puiser l'eau chaude bienfaisante.

    Il est intarissable sur l'histoire de ces lieux et se fait un plaisir de commenter en français s'il vous plait. Sa femme l'accompagne.

    Et vous repartirez avec une obsidienne.

    Et c'est déjà le retour sur Lipari.

    C'est celle-ci qui me plairait ! Tournez-vous et admirez la vue...

    Direction la pointe sud, vecchio Oservatorio.

    Avec une vue sur Vulcano.

    L'observatoire.


    votre commentaire
  • Une belle journée s'annonce.

     La vieille ville aux ruelles étroites et inaccessibles aux autos se vide.

    La marina corta, le vieux port où les lipariens viennent faire la causette et prendre un verre. Un coin animé même en cette saison.

     

    Visiter Lipari en cette saison a un avantage, l'absence de touristes. Le calme, un luxe inestimable...

    La rose des vents à chaque balcon.

     

    Arrêt à la cathédrale de Lipari.

    Le musée archéologique retrace l'histoire des îles Éoliennes en exposant le résultat des fouilles effectuées depuis 1949. Après une section sur la préhistoire à Lipari et une reconstitution très intéressante des nécropoles de l'âge d u bronze, une série de beaux cratères à figures rouges (statues en terre cuite) et de fabuleuses amphores (archéologie marine) vous attendent, avant de découvrir une collection unique au monde de masques de théâtre, le clou d'une visite passionnante !

     Les cigarettes c'est pour les grands !

     

    Après l'effort, le réconfort !

     

    Et c'est fini pour Lipari, un dernier verre de Prosecco avant de prendre la route pour Panaréa.

    Le bus arrive, 45 mn de retard quand même !

     


    3 commentaires
  • Après 4 jours sur Lipari, il est temps de partir à la découverte des autres îles, direction Panarea.

    Panarea est la plus petite et la moins hautes des îles Eoliennes, elle s'étend sur 3,5 kilomètres carré et elle est entourée de nombreuses petites îlots Spinazzola, Lisca Bianca, Dattilo, Bottaro, Basiluzzo, Scogli de Panarelli, Lisca Nera et Scogli delle Formiche. Cette île possède un port touristique et d'un petit centre habité par 200 personnes qui y vivent toute l'année.

    La vue sur Stromboli est tout simplement époustouflante.

    D'autres îlots se trouvent à proximité : Isola di Lisca Bianca, Bottaro, Lisca Nera, Le Guglie.

    La cote est formée de petites plages d'un coté et de falaises inaccessibles et crevassées de l'autre coté. Sur l'île on cultive la vigne et l'olivier, mais la plupart des habitants se dédient au tourisme. Sur le côte nord est de l'île pas loin de la spiaggia di Calcara on peut encore voir les "fumarole" de vapeur qui s'élèvent à travers les fissures rocheuses tandis que près de Punta Peppe maria on a des eaux sulfureuses.


    Le Stromboli est bien actif.

    Le maquis méditerranéen de Panarea se compose, comme dans les autres Iles Eoliennes, de figuiers de Barbarie, de lentisques, de genêts, de câpriers et d’oliviers séculaires. En ce qui concerne la faune, à Panarea on peut observer le faucon de la reine, quelques grands cormorans et le goéland argenté qui nichent sur les parois inaccessibles des côtes occidentales.

     Le matin, la vue est magnifique. 

    Le petit village n'a pas de route, seuls quelques Piaggio et caddys électriques circulent dans les ruelles étroites.

    Faussement appelée l'île des Vip, en août Panarea est envahie par un tourisme rapide et distrait . De nombreux films ont été tournés sur cette île comme Stromboli terre de Dieu de Roberto Rossellini (1950) ou à l'aussi célèbre l'Avventura, de Michelangelo Antonioni (1960)

     Le village tout blanc est encore bien paisible à cette époque de l'année.

     Une petite virée sur Stromboli.

     Le temps aussi de prendre un peu de soleil avant de repartir vers la grisaille.


    4 commentaires
  • Arrivés à Vulcano, les pancartes vous guident jusqu'au pied du volcan.

     

    Le sentier, cendre, terre séchée ou cailloux.

    Les fumerolles

    Passera, passera pas ? Pourquoi ne pas faire le tour du cratère dans l'autre sens ?

    Vue sur le village et Lipari en face.

    Arrivés au sommet du cratère.

    Descente.

    Après 3 heures de marche, 400m de dénivelé, retour au départ.

    Et pour finir, le bain de boue s'impose pour les rhumatismes et autres vieillitudes mais l'odeur est terrible !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique