• Lien vers le journal l'Alsace

     

    MÉMOIRE « Gommées de l’Histoire »

     
    Doctorante en histoire contemporaine, Marlène Anstett publie ses travaux sur les incorporées de force dans le RAD (Reichsarbeitsdienst) et le KHD (Kriegsarbeitsdienst). Pour ses recherches universitaires, elle a rencontré une centaine de ces Alsaciennes et Mosellanes qui n’ont pas oublié cette période de leur jeunesse.




    « La plupart de ces femmes n’avaient jamais parlé des mois passés au Service du travail féminin du IIIe Reich. Elles en avaient honte. D’autres se sont mises en retrait après la guerre. Leur sort leur semblait moins grave que celui des hommes prisonniers à Tambov » , relève la Strasbourgeoise Marlène Anstett qui se consacre, depuis l’été 2012, à des recherches sur celles qu’on a appelées longtemps les Malgré-Elles. Ces 15 000 Alsaciennes et Mosellanes, nées entre 1923 et 1926, qui doivent à la pugnacité d’une poignée d’entre elles, dont la courageuse Germaine Rohrbach, d’avoir été tardivement reconnues, en 2008, comme victimes du nazisme…

    Auxiliaires de guerre
    « Je préfère parler de femmes incorporées de force. D’autant que Nina Barbier a déposé la marque » , explique Marlène Anstett qui prend ses distances avec celle qui, à travers un livre et un film, Malgré elles , avait révélé ce pan de l’histoire de l’Alsace-Moselle au grand public. « Dans son film, elle a fait l’amalgame entre deux sujets, le RAD et le Lebensborn. Or les Alsaciennes n’avaient pas vocation à enfanter. Au contraire, on faisait tout pour supprimer leurs règles, pour qu’elles soient plus efficaces » , rappelle-t-elle.

    Son ouvrage, Gommées de l’Histoire , préfacé par le professeur Claude Muller, directeur de l’Institut de l’Histoire de l’Alsace, reprend son mémoire de master II, tout en tenant compte de ses récentes recherches en vue de l’obtention d’un doctorat. Un sujet qui n’avait jamais fait l’objet de travaux universitaires… Cette passionnée de la culture et du patrimoine alsaciens, après sa carrière professionnelle dans un grand groupe, s’était intéressée à « la résistance des petites gens » durant l’annexion. Elle avait rencontré une ancienne du RAD qui s’était ébouillanté les jambes pour ne pas partir. Pour rien. « Cet acte résistant n’avait fait retarder son départ que de trois mois » , observe-t-elle.

    Témoignages et documents à l’appui, Marlène Anstett montre que les camps du RAD n’avaient rien d’une aimable villégiature. L’humiliation commençait, pour ces jeunes femmes, dès le conseil de révision, mettant à mal leur pudeur. Elles partaient ensuite, à cinq ou six Alsaciennes, dans un camp du RAD, certaines jusqu’à la frontière polonaise, loin de chez elles. Ces Françaises - qui n’avaient pas la nationalité allemande - doivent jurer fidélité au Führer. Au bout de trois semaines, mises au pas sous l’autorité d’une cheftaine, elles sont envoyées à l’extérieur du camp pour y travailler au sein de familles.

    « L’Arbeitsdienst poursuit non seu lement un but économique, mais aussi militaire, en préparant les jeunes filles à leur engagement dans la guerre » , indique Marlène Anstett qui montre comment, après six mois dans le RAD, ces Alsaciennes et Mosellanes - avec d’autres Européennes des territoires rattachés au Reich - sont versées dans le KHD et deviennent auxiliaires de guerre. Paradoxalement, la plupart des Allemandes ont utilisé de nombreux moyens légaux pour se soustraire à leur obligation…

    L’auteur consacre une partie importante de son ouvrage au quotidien des appelées d’Alsace-Moselle, dirigées majoritairement vers les usines d’armement et de munitions, avec les bombardements en prime. D’autres sont incorporées comme auxiliaires dans la Wehrmacht, certaines après la Libération de la France, d’autres comme auxiliaires dans la Kriegsmarine ou dans la Luftwaffe, affectées aux batteries de la Flak, l’artillerie antiaérienne.

    « À leur démobilisation, le grade de service est souvent Arbeitsmaid, pour occulter que ces jeunes filles étaient engagées dans des combats. Ce qui compliquera les démarches des incorporées de force à la fin du conflit » , souligne Marlène Anstett qui s’intéresse au nombre de femmes disparues durant leur enrôlement. « Certaines ont-elles été prisonnières dans des camps soviétiques ? » questionne-t-elle. Autant dire qu’elle n’est pas au bout de ses recherches.

    LIRE Gommées de l’Histoire , Marlène Anstett, éditions du Signe, 20 €. Lire aussi le n° 4 de « Comprendre l’incorporation de force » publié par L’Ami Hebdo (9,90 €).

    « Le circuitPremières montres »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :