• La journée s'annonce bien, temps idéal pour cette 3e journée. Le petit détour et la visite n'ont pas pris trop de temps. Ma coéquipière est en forme et me tire sur ce tronçon; merci !

    Le Danube s'élargit mais n'est pas encore navigable.

    Arrivée à Donauwörth, jolie petite ville...

    La pension se mérite, elle est située sur un raidillon où le vieux mettra pied à terre...

    Le propriétaire reçoit plein de cyclistes dans sa petite maison bien agencée à cet effet.

    Jour 4 : Faut-il le dire, pas un papier, pas le moindre déchet sur la piste le long de ces 600 km !

    Arrivée à Bad Abbach. Il faut bien un schnitzel pour reprendre des forces après cette longue route (125km). Une longue route qui a fini par une montée impressionnante et une crevaison au sommet pour couronner le tout ! Chose étonnante, quand j'ai démonté ma roue et sorti la chambre à air, une BMW est arrivée. Le conducteur venait de nous doubler et a fait demi tour pour nous porter assistance, incroyable et fort sympathique ! 

    Après réparation (merci au distributeur de chambre à air !), c'est la descente pour Kehleim.

    Première étape de cette 5e journée : Regensburg (ou Ratisbonne en français). Les petites dames (à la soixantaine sonnée) partis du même hôtel sont déjà arrivées et fraîches ; bravo le vélo électrique !

    Depuis 2006, la vieille ville médiévale de Ratisbonne ainsi que le quartier de Stadtamhof sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. La ville est le siège d'un évêché catholique. Au Moyen Âge, par sa situation géographique, la cité possédait un rôle important dans les échanges commerciaux entre l'Italie, la Bohême, la Russie et Byzance. Elle était lieu de rencontre de nombreuses civilisations et fut très marquée par l'influence des patriciens, dont les tours d'habitation (les plus hautes au nord des Alpes) sont encore visibles aujourd'hui.

    Construit entre 1135 et 1146, ce pont long de 310 mètres et reposant sur seize arches constitue un tour de force architectonique. Il relie la vieille ville et le quartier de Stadtamhof. Seules quelques rares villes d'origine romaine avaient entrepris de telles constructions. Le pont, à l'époque seul passage fortifié du Danube sur de nombreux kilomètres, permit à Ratisbonne d'acquérir une position centrale dans les échanges commerciaux entre l'Italie florissante et une grande partie des régions au nord-est des Alpes, notamment la Bohême et les régions Slaves. Une des trois tours de fortification médiévales, située à l'entrée du pont du côté de la vieille ville, est entièrement conservée.

    La Cathédrale St-Pierre (Dom St-Peter). La construction de la cathédrale commença vers 1273, sur le modèle des cathédrales gothiques françaises. Le site avait déjà abrité de nombreux édifices religieux depuis plus de 500 ans. L'édifice fut achevé vers 1525, mais les flèches ne furent ajoutées qu'entre 1859 et 1869, ce qui marqua la fin des nombreuses transformations architecturales du bâtiment. Aujourd'hui, la cathédrale, visible de loin, est le symbole de la vieille ville de Ratisbonne.

    Finalement, la ville, bien que classée ne nous retiendra pas longtemps. Nous repartons et avons déjà dans le viseur notre prochaine visite; là-haut sur la colline, le temple grec !

    La montée à bicyclette est rude mais courte.

    Le Walhalla est un temple néo-dorique en marbre situé à Donaustauf au bord du Danube, à 10 km en aval de Ratisbonne, en Bavière, Allemagne.

    Ce monument imposant fut édifié dans la vallée du Danube entre le 18 octobre 1830 et le 18 octobre 1842 dans un site imposant, par l'architecte Leo von Klenze pour le compte du roi Louis Ier de Bavière. Ce dernier voulait en faire le mémorial (le Walhalla constitue le séjour des héros dans la mythologie nordique) des hommes et des femmes qui illustrèrent la civilisation allemande.

    Le mémorial se visite et on peut y voir à l'intérieur 129 bustes de personnalités allemandes ou d'autres nationalités de langue germanique. Du péristyle on a une vue sur la courbe du Danube, les ruines du château de Donaustauf et les flèches de la cathédrale Saint-Pierre de Ratisbonne.

    On souhaite donc un beau bébé à ce jeune couple !

    Arrivés à Straubing, jolie ville, notre coup de cœur de ce périple.

    La douceur de vivre à l'allemande ! (je n'ai pas vu d'excités branchés sur leur smartphone durant la semaine !)

    Après un bon repas italien, direction l'appartement pour une bonne nuit réparatrice avant la dernière étape.

    La journée 6 s'annonce magnifique pour ces 100 km... dernier coup d'œil au centre ville.

    Un aperçu de la piste...

    Ou comme cela...

    Cette fois, les péniches cabotent sur le Danube.

    Un sacré vert ici !

    Dans plusieurs villages, un bac permet de traverser le fleuve.

    Joli portique d'accueil !

    Nous sommes bien en Bavière, pays de la bière !

    Les 24 derniers kilomètres.

    Ma petite chambre à Passau. 

     

    Le Danube peut se montrer sauvage comme l'indique cette échelle de crues...

    Où est l'homme sauvage ?

    Et voilà la semaine de vélo s'arrête ici à la frontière autrichienne et tchèque. Ce fut un beau voyage !

    Et les axes de roues auront tenu la distance malgré la cassure. 

    Il reste à prendre le train pour rejoindre Donaueschingen ...


    votre commentaire
  • En traversant l'Allemagne à vélo, j'ai été admiratif des villages traversés, leur cohérence architecturale, la qualité de vie, les bâtiments professionnels, etc... Il est temps de voir de ce côté-ci du Rhin. Après le Haut-Rhin hier, c'est aujourd'hui au tour du Bas-Rhin. Tout la haut, la frontière n'est qu'à un jet de pierre du village élu "Village préféré des Français" en 2020 : Hunspach.

    hunspach village prefere des francais alsace

    Il fait un peu frisquet ce matin et j'ai oublié mon sac contenant pull et veste... Tant pis, j'enfourche mon vélo avant d'arriver car les travaux sont de tous les côtés et le 2 roues permet de passer à travers les zones de chantier. Il permet aussi de voir toutes les rues du village. J'en profiterai également pour aller dans les 2 villages voisins, Seebach et Hoffen. Seebach a été longtemps considéré par les Alsaciens par le plus beau des villages ... mais c'est Hunspach qui a présenté sa candidature et a été élue !

    hunspach village prefere des francais alsace

    Hunspach n'est un écomusée, on y vit. Et ce ne ce sont pas des gîtes de vacances mais bel et bien des maisons d'habitation !

    hunspach village prefere des francais alsace

    J'aime bien les vitres bombées (voir plus loin la raison)

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    Hunspach, 637 habitants a une unité architecturale remarquablement conservée. Les maisons sont toutes blanchies à la chaux et montrent des colombages entre le torchis. Elles sont couvertes de toits à pans coupés. Les cours ouvertes permettent d'apercevoir tout le corps de ferme.

    hunspach village prefere des francais alsace

    Durant la réforme, le village devient protestant et en 1619 passa sous administration suédoise. Après avoir été attaqué et détruit par les troupes impériales en 1633, des immigrants suisses rebâtissent le village. En 1787, la Suède rend le village à la couronne française. Y-a-t-il un lien entre la qualité, le soin apporté aux demeures et l'origine des habitants ?  L'église protestante du village de tradition calviniste a été construite en 1757. Son clocher de style néo-roman date de 1874, du temps de l'Empire allemand.

    Il est presque midi, le temps de filer à Hatten.

    hunspach village prefere des francais alsace

    Après une très agréable pause, je suis réchauffé et ragaillardi.  Merci Gene et J-Pierre ! Donc, je démarre l'après-midi par Seebach. 

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    J'aime bien les clôtures et portails en lattes de bois (certaines rénovations font le choix du plastique ou de l'alu...ce qui est pratique mais enlève un peu de cachet, de la belle authenticité.)

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

     

    hunspach village prefere des francais alsace

    Comme à Hunspach, les beaux corps de ferme sont vides, le bétail a déserté les étables. Nous ne sommes qu'à 11 km et beaucoup de résidents doivent travailler du côté allemand. On compte 4 éleveurs à Hunspach et une 15aine de céréaliers et cultivateurs.

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    Voilà je retourne à Hunspach et m'arrête devant la belle maison Ungerer.

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    Un petit tour à Hoffen que j'ai trouvé charmant en passant ce matin.

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    Voilà l'explication de ces vitres bombées...

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    hunspach village prefere des francais alsace

    Et il est temps de rentrer après cette belle journée ! 


    votre commentaire
  • La journée démarre sur la D82 en direction de Gréoux-les-Bains puis Allemagne en Provence.

    La récolte a commencé, les bennes couleur lavande effectuent leurs rotations jusqu'au dépôt.

    Après Moustiers sainte Marie (autre page), nous poussons jusqu'à La Palud-sur-Verdon pour emprunter la route des crêtes (la D23 en 1 heure environ avec un arrêt à chaque belvédère).

    Puis route retour par le plateau de Valensole.

    Ici, au bord du plateau

    La récolteuse ou machine à ensiler la lavande est à l'œuvre sur les immenses champs du plateau de Valensole. Dans beaucoup d'endroits l'agriculture bio prend la relève, du coup les champs sont remplis de mauvaises herbes. Sur le plateau, la culture n'est pas bio visiblement.

    Petit incident technique.

    Il ne reste qu'à rejoindre Manosque après cette belle journée.

    lavande luberon provence


    votre commentaire
  • colorado provencal luberon

    La journée avait commencé par la route des crêtes, avec en point de mire, les gorges du Verdon. L'après-midi, nous poussons jusqu'à Rustrel.

    Les cheminées de fées, comme en Cappadoce, signalent l'arrivée. 
    Il y a 2 parcours, un court, facile et un long, plus pentu. La durée de la balade est de 2 heures environ.

    Il y a plusieurs millions d’années, la mer se retire en laissant derrière elle des bancs de sables enrichis d'une argile ayant pour particularité de contenir du fer, la glauconie. Le Roussillonnais Jean-Étienne Astier eut l'idée, à la fin du XVIIe siècle, de faire passer le sable dans des bassins de décantation pour en extraire l'ocre. Il le fit ensuite cuire pour en garder les propriétés colorantes. Six départements possédaient alors des gisements : le Vaucluse mais aussi le Cher, la Drôme, le Gard, la Dordogne et l'Yonne. L'arrivée du chemin de fer à Apt en 1877 permit l'exploitation intensive dans le Vaucluse. Créée en 1901, la Société des Ocres de France permit le développement du marché vers l'exportation. Les maxima de production furent atteints en 1929. L'arrivée des colorants synthétiques vint progressivement concurrencer les ocres naturelles. Après un long déclin, l'exploitation des sites d'extraction s'arrêta peu à peu. Seul le site de production de Gargas reste en activité. Devant la variété de couleurs et de paysages, une association se forme afin de sauvegarder le site et démarre alors une exploitation touristique. Cette association créera en 2009 l'Association du Colorado de Rustrel avec pour partenaire la Mairie de Rustrel, ensemble, elles gèrent le patrimoine exceptionnel de Rustrel.                                                   

    L’important gisement de Rustrel a valu à ses carrières le nom évocateur de Colorado.
    Ce site exceptionnel, baptisé ainsi pour la variété de ses formes et de ses couleurs, permet d’associer plaisir de la randonnée et de la découverte d’un patrimoine industriel. La beauté du site est le résultat du travail réalisé par quatre générations d'ocriers et de paysans. Les anciens chantiers d'ocres des collines s’étendaient sur environ 4 km. Le site actuel couvre plus de 100 hectares.

    Les habitants de Rustrel nommaient le site « les Ubacs de Rustrel ». C'est l'abbé Martel, président d’Alpes de Lumière qui, en arpentant les sentiers de la commune dans le but de créer le GR 6, baptise le site "Colorado provençal", pour les couleurs incroyables qui rappellent celles du canyon américain et surtout car Colorado en Provençal signifie « rouge ».

    Au cœur du Colorado, les couleurs se déclinent et enchantent les yeux. Toute la gamme des ocres jaunes, rouges, orangées, brunes, jusqu’au vert et au mauve est représentée. Le paysage (falaises, cirques, cheminées et collines) est le résultat de l’exploitation de l’ocre qui s’est faite dans la région dès le XVIIIe siècle. Peu à peu abandonnées, les carrières forment aujourd’hui un site grandiose, apprécié pour la promenade et la randonnée touristiques.

    De l'industrie de l'ocre, il subsiste encore ici et là, des canalisations, du matériel, des bassins de décantation… Cependant, le Colorado est aussi un milieu vivant exceptionnel et très fragile, caractéristique des zones silicieuses : pins maritimes, bruyères, châtaigniers poussent en abondance.


    votre commentaire
  • street art mulhouse
    Toutakou tu lèves le nez. Le MUR (Modulable Urbain Réactif), rue de la Moselle change d'aspect chaque mois. Un artiste est invité à prendre possession de cette partie de la rue pour réaliser une oeuvre éphémère. En voici quelques variations.

    L'oeuvre de l'artiste peintre Golden Green (ci-dessus)

     

    Tout Le MUR en 2019 : ici

    street art mulhouse

    Jean Linnhoff (il est décidément excellent !)

    street art mulhouse

    Lien externe de l'artiste mulhousien Falcone : Article du journal l'Alsace, le MUR, une panthère prête à bondir. 

    Nicola Alessandrini

    L'artiste Joan a bouclé l'année 2019 avec son huître-baignoire

     

    Nicolas Thollot-Arsac, ici aussi et ici également avec le beerpainting : 

    "Le BEERPAINTING est l'art de peindre avec une bouteille de bière comme unique pinceau. Les empreintes que génèrent le goulot de la bouteille sont les pixels de notre travail pictural. Il s'agit donc d'un pointillisme 2.0 !

    UNE RECETTE UNIQUE : - Décapsuler une bière - La boire - La tremper dans la peinture - Peindre" 

    Poter

     

    Vincent Bargis et ici également

    L'artiste David Depose a réalisé une magnifique baleine colorée...

     

     Du vent dans les têtes...à lire ici.

     

     


    2 commentaires
  • libération lutterbach pfastatt

    Cette année, nous fêtons les 75 ans de la Libération de notre ville.Tous les 5 ans, la commémoration prend une autre dimension. Associées pour l'occasion, les 2 villes, Lutterbach et Pfastatt préparent une cérémonie d'envergure avec spectacle, expositions de photographies, d'engins militaires mais surtout... c'est l'occasion d'inviter les Libérateurs.

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    Cette année, nous avons eu la surprise et la joie de revoir deux anciens combattants, deux Libérateurs, Le Provost 95 ans et Cervera 99 ans !

    libération lutterbach pfastatt

    C'est évidemment remarquable de retrouver ces hommes (ici encadrés par le maire et le gendarme). 

    libération lutterbach pfastatt

    Nous pensons aussi à ceux qui n'ont pas pu faire le déplacement, à monsieur Don Jacques Finidori notamment. Après une chute au mois d'octobre dernier, il se remet peu à peu mais ne peut quitter la maison de retraite.

    libération lutterbach pfastatt

    Après la messe à la basilique et la cérémonie aux monuments aux morts de Lutterbach, le cortège se rend au monument de Pfastatt pour l'hommage solennel.

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    Une vingtaine de porte-drapeaux étaient présents pour cette journée de commémoration.

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    Tandis que la liste des camarades tombés sur le champ de bataille est lue et que résonne la sonnerie aux morts, les 2 hommes écoutent et pensent. Peut-être que des images  de cette époque resurgissent furtivement.

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

    Il ne manquera qu'une seule chose à ses réjouissances, le chant de la compagnie. Cette fois, les paroles de la coloniale n'ont pas résonné devant la stèle des camarades. Triste.

    Après les 2 hommages, tout ce monde se rend à la salle de sports de Pfastatt pour échanger un peu, faire des photos et déjeuner.

    libération lutterbach pfastatt

    Les deux Libérateurs et leurs familles.

    Le repas va démarrer, dernières heures partagées avec ces hommes. Une question reste en suspend, combien seront encore présents à la prochaine commémoration ? Une page sera définitivement tournée et l'oubli s'installera.

     

     


    votre commentaire
  • En arrivant, la vue sur le village de Moustiers Sainte Marie est spectaculaire. Accroché à cet escarpement rocheux, l'ensemble semble harmonieux et vivant.

    Il ne faut pas désespérer si les 5 premiers parkings sont pleins, il y en a d'autres et le dernier à la sortie sera peut-être le bon (j'ai failli repartir...).

    Depuis 1981, Moustiers Ste Marie est classé parmi les Plus Beaux villages de France. Cette distinction est bien méritée. J'ai trouvé son charme simple et authentique; le tourisme est la raison de vivre ici mais il n'a pas dénaturé les bâtiments, ni maltraité le décor. 


    votre commentaire
  •  

    Pas une miette de neige, pas le moindre flocon en plaine, alors pourquoi ne pas ressortir VTT, VTC, fixie, vélo de route ou autre engin à 2 roues ? Et pourquoi ne pas aller jusqu'à Bretagne ? En plus de faire un peu d'exercice, on peut profiter d'une magnifique lumière en fin de journée...

     

     

    Le port de Dannemarie / Wolfersdorf

     

    Le pont canal : Construit en 1834 en pierres de taille, ce pont canal permet aux bateaux de franchir la Largue (une rivière).
    D'une longueur de 35 m, il repose sur quatre piles reliées entre elles par des arches voûtées. On voit le canal à gauche et la piste cyclable à droite, la rivière en-dessous...

    Voilà, Bretagne et ses 250 habitants, les Brettains mais pas de chapeaux ronds...

    Non, non, nous ne sommes pas au mois de mars, c'est bien la mi-janvier ! Tous les sportifs de la gaule sont de sortie.

    Après deux ou trois essais, aujourd'hui je pousse jusqu'à Montbéliard...

     

    Vers 16 heures, il est temps de rebrousser chemin, la température chute rapidement et le bout des pieds supporte mal...

     


    7 commentaires
  • donau radweg danube allemagne vélo

    danube vélo allemagne

     Vendredi 14 Août

    125 km / 1h45  Vers Sigmaringen :

    88 km 

    Parcours en auto : Mulhouse / Donaueschingen

    Arrêt à la source du Danube

    Stationnement à Donaueschingen

    Du 14 au 15 : Maison d’hôtes Pfefferle / Leopoldstraße 22 / 72488 / Sigmaringen
    Tél : 07571/2448 / info@gaestehaus-pfefferle.de

    Samedi 15 août

    Vers Ulm : 111 Km /  

     

    Cathédrale à Ulm, fisherviertel, quartier pêcheurs

    Abbaye de Wiblingen et sa bibliothèque, quartier de Grabenhäuschen

    Du 15 au 16 : Ibis budget Ulm City; Neutorstrasse 16, 89073 Allemagne. Tel +4973117662720

    Dimanche 16 août

    Vers Donauwörth :
    100 km

     Visite de la petite ville

    Du 16 au 17 : Pension Haus Gertrud Johannes-Traber-Straße 5, 86609 Donauwörth

    +49 906 5720

    Lundi 17 août

    Vers Bad Abbach :
     125 km

     

    Du 17 au 18 : Hotel Elisabeth / Rasdienerweg, Bad Abbach 93077 / Tel 49940595090

    Mardi 18 août

    Vers Straubing

    100km

    Arrêt à Ratisbonne

    Pause à Walhalla

    Du 18 au 19 : Appartements-Steinkirchner / Pandurengasse 18  Straubing 94315 Téléphone : 01573 3128773

     

    Mercredi 19 août

    Vers Passau : 106 km

     

     visite de la ville

    Du 19 au 20 : Hotel Wilder Mann; Schrottgasse 2, Passau 94032, Allemagne. Tel : +4985135071

    Jeudi 20 août

    Train retour

     

    billets de train avec réservation de places vélos

    danube allemagne vélo

    La source du officielle du Danube (rond vert) et les offres de stationnement dans Donaueschingen (dont la place des halles)

    Logements

     

    réservation via booking ou directement à l'établissement pour Sigmarinen (complet sur booking)

    Vignette éco allemande

    Voir mon lien en page d'accueil pour l'achat

    Charger cartes osmand

    chargées sur le smartphone et photographie des cartes sur 

    http://veloroute6.free.fr/

    Billets de train

    en ligne, en français pour la Deutsche Bahn. Réservation d'une place pour le vélo dans le ICE mais pas dans les trains régionaux 

    Parking à Donaueschingen

    nombreuses possibilités, voir le plan ci-dessus

    Achat courses nourriture

    En-cas pour le midi

    (220g x 6) et pour les pauses...

    Révision vélo

    1 vélo a été vu en atelier et pourtant...

     

     

                                                                

     

    danube allemagne vélo

    Un bon contrôle du vélo s'impose avant le départ. Il faut vérifier absolument l'axe du moyeu ; les nôtres étaient cassés dès le jour 1 ! (la qualité Déca.... !) (en plus, l'enseigne ne fournit pas d'axe en pièce détachée, 8 euros, il faut remplacer la roue entière, mais oui ! 35 euros ! ou trouver un petit atelier...

    danube vélo allemagne

    Il faut féliciter l'inventeur des distributeurs. Si l'on croise de nombreuses machines à cigarettes, il y en a aussi qui proposent des chambres à air ! 

     


    votre commentaire
  •  Un beau mois de janvier en Alsace assurément, pas de neige du tout en plaine ! Le beau ruban noir le long du canal du Rhône au Rhin appelle le cycliste. Tout de suite après la gare, l'Almaleggo est presque fini. Joli spécimen. Son nom, il le doit au quai de l’Alma où il a pris pied et à de célèbres briques de jeu d’origine danoise (on remarquera que les couleurs vives de la célèbre marque n'y sont pas / jaune, noir, rouge, bleu).

    Oeuvre conjointe de l’architecte Franco Viganotti et de la société de promotion Sodico, cet immeuble de standing s’élève au 46 du quai de l’Alma. Sa gestation a été longue : quatre ans et demi se sont écoulés depuis les toutes premières esquisses signées par l’architecte Franco Viganotti, de l’agence mulhousienne Aea. Visuellement, l’immeuble de l’Almaleggo a la forme d’un « H » de 45 m de haut avec jardins suspendus, dont les deux pieds de verre sembleront flotter au-dessus du canal ; un édifice de onze étages  avec des porte-à-faux spectaculaires.,

    Tout de béton brut façon travertin pour les façades, béton blanc gommé pour les garde-corps de 1,20 m de haut et bardages métalliques couleur platine pour une partie des étages supérieurs). C'est une oeuvre d'art pour ce quartier en pleine mutation.

    Arrivé 18 km plus loin, voici un bel aileron surgissant du canal. L'écluse de Kembs / Niffer a été réalisée par les architectes François Doyelle, Franck Guêné et Jean Brucy en 1994 (info VNF).  L’écluse principale de Niffer était censée s’intégrer au projet de mise à grand gabarit de la liaison Rhin-Rhône abandonné en 1977 après la réalisation et la mise en service d’une première section de Niffer à Mulhouse. L'opposition des agriculteurs du Sundgau aura réussi à faire capoter le projet et ainsi faire circuler des milliers de camions supplémentaires sur les routes du pays. 

    Le fonctionnement de l'écluse est informatisé; elle permet le franchissement d’une chute de plus de 5 mètres aux convois pouvant dépasser plus de 180 mètres pour plus de 3000 tonnes de fret à destination ou en provenance du port de Mulhouse Ile-Napoléon. Les plaisanciers ou péniches traditionnelles de 38,5 mètres de longueur peuvent continuer leur chemin au-delà de Mulhouse sur la branche sud du canal du Rhône au Rhin petit gabarit.

     

    Quelques mètres plus loin, une autre écluse avec sa tour de commande. Celle-ci ainsi que le bâtiment administratif contigu construits en 1960-1961 sont signés de Charles-Édouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier (1887-1965).

    Le Corbusier eut le souci de renouveler l'architecture en fonction de la vie sociale et d'utiliser des volumes simples, articulés selon des plans d'une grande liberté, qui tendent à l'interpénétration des espaces.

     On fait la course ? Non ? Il faut rentrer...

     50 logements dont quelques duplex sont prévus avec des superficies de 33 m² à 131 m², sans compter les généreuses terrasses. A l'intérieur : parquets de bois massif, plafonds et murs de béton brut, immenses baies vitrées tout aluminium de 2,30 m de haut… L’un des plus beaux appartements est parti pour un peu plus de 600 000 €.


    2 commentaires
  • Le départ se fera de Donaueschingen (Ouest du pays), à la source "officielle" du Danube. Sitôt la voiture garée en ville, c'est parti pour 600 km.

    Avec de nombreuses pauses pour photographier les beaux monuments, les belles chapelles, les splendides villages propres et soignés. Il y a aussi quelques ponts couverts comme celui-ci. En fait, c'est l'Europe qui est à l'origine de ces ponts même si d'autres pays en possèdent bien davantage (829 pour les USA et plus de 1000 pour le Canada).

    Un petit air scandinave à cette ferme.


    Le clocher à bulbe nous conduira au fil des jours.

    Bon, un petit crachin pour ce premier jour...


    Et une crevaison en pleine montagne. Heureusement le large toit de la ferme nous abritera durant la réparation car la pluie redouble à ce moment précis.

    Il suffit de plonger la chambre à air dans le Danube pour localiser le trou... Bonne idée Marie !

    Et c'est reparti...


    Première nuit à Sigmaringen. On pourra même donner un coup de jet d'eau sur les montures pour enlever le sable.


    Les sandales humides et les vêtements sècheront sur le radiateur, chouette ! Et maintenant, direction le restaurant italien...

    Et c'est reparti, sous un nouveau ciel...

     

    Là, on fait fait le plein. Si on trouve des distributeurs de cigarettes dans chaque village, celui-ci propose des chambres à air. 

    Pause déjeuner au bord du fleuve avant une méga montée.

    Une autre façon de partir en vacances...

    Toujours nickel. En comparaison, le Haut-Rhin, c'est la Roumanie !

    Arrivée à Ulm. Avec simplicité, les Allemands profitent du fleuve un peu partout. Il n'est pas nécessaire d'installer "un Paris plage" à grand frais...

    La cathédrale d'Ulm (Ulmer Münster) avec sa flèche la plus haute du monde : elle culmine à 161,53 mètres. Pour atteindre la plateforme du sommet, il faut grimper 768 marches. 

    L'église principale d'Ulm , souvent appelée couramment mais de manière impropre cathédrale d'Ulm, est aujourd'hui l'église protestante la plus grande d'Allemagne. Elle est d’architecture gothique et fut construite par la ville impériale libre d’Ulm au XIVe siècle. Ce n’est pas une cathédrale au point de vue canonique, la ville d’Ulm n’ayant jamais été siège d’un évêché, mais on l'appelle ainsi en français à cause de sa taille et de la hauteur de son clocher principal, qui est le plus haut de toutes les églises du monde.

    D'abord église catholique, elle fait aujourd'hui partie des bâtiments de l’Église évangélique luthérienne en Wurtemberg, membre de l’Église évangélique en Allemagne (EKD).

     Il est temps de monter sur les remparts ici.

    Au calme dans le nord de la ville, se trouve un endroit adorable : le quartier Auf dem Kreuz. On y trouve de petites maisons bâties sur les remparts (Grabenhäuschen). Une petite rue piétonne sépare les maisons de leurs jolis jardins, créant un véritable havre de paix. 


    La ville a été détruite à 80% lors du dernier conflit mondial ! L’Hôtel de ville (Rathaus) avec son horloge astronomique, reconstruit après sa destruction en 1944. Sur la place du marché (Marktplatz) devant l'hôtel de ville, se dresse le Fischkasten, fontaine ainsi appelée parce qu'autrefois les pêcheurs y rafraîchissaient leur marchandise. A gauche, la pyramide de verre, bâtiment de la bibliothèque centrale d’Ulm a été conçu par Gottfried Böhm. 

    Le « quartier des pêcheurs et des tanneurs » (Fischerviertel), très pittoresque. Les ruelles qui longent le canal Blau aux maisons à colombages bien préservées, sont pittoresques et très prisées des touristes.

    Il y a la maison de guingois (Schiefes Haus) au bord de la Bleue. D'après le livre Guinness des records, elle serait l'hôtel le plus penché du monde. Mais là, il se fait tard, le soleil disparait, il est temps d'aller dîner...

    Le lendemain, réveil matinal, on ajoute une visite au programme de la journée (100 km + 10). Nous sommes les premiers pour visiter la bibliothèque de Wiblingen qui n'ouvre qu'à 10 heures; cela nous laisse le temps d'entrer dans l'église avant l'office.

    L'abbaye de Wiblingen fut fondée en 1092 par des moines bénédictins. La basilique baroque et la bibliothèque rococo au plafond orné de fresques méritent un détour. Le décor est bluffant. 

    Et c'est reparti pour Donauwörth. Chemin caillouteux encore, peu confortable et surtout peu rapide...


    8 commentaires
  • La journée se termine, nous décidons de faire un saut  à Le Puy Sainte Réparade. Arrivés au domaine La Coste, nous franchissons une porte signée Tadao Ando et posons l'auto sous le centre d'art signé du même artiste. Une bestiole de Louise Bourgeois accueille le visiteur qui remonte à la surface. Il est trop tard pour entamer la parcours et nous reviendrons le lendemain (trop alléchés par cet accueil signé de grands noms).

    Le lendemain matin, nous démarrons la promenade artistique de plus de 2 heures à travers le vignoble du château. 36 œuvres ponctuent cette promenade. La 1ère, Boxes Full of Air de Sean Scully.

     

    Larry Neufeld avec Donegal.

     

    Wall of Light Cubed de Sean Scully.

    Pour une petite pause : plusieurs bancs, Origami Benches de Tadao Ando.

    Bon là Frank Gehry n'a pas réalisé sa plus belle œuvre ... Le pavillon de musique me déçoit.

    Le parcours grimpe dans la petite colline et nous amène aux Psicopompos de Tunga. Ne pas s'approcher de cette œuvre, hautement attirante avec ses centaines d'aimants; En mythologie, un dieu psychopompe est un conducteur des âmes des morts. Beaucoup de croyances et de religions possèdent des esprits, des déités, des démons ou des anges qui ont la tâche d'escorter les âmes récemment décédées vers l'autre monde, comme le Paradis ou l'Enfer.

     

    The Marriage of New York and Athens de Frank Guehry and Tony Berlant.  

     

    Une descente dans Oak Room d'Andy Goldsworthy.

    Komorebi de Kengo Kuma.

     

    Labyrinth de Per Kirkeby

    Multiplied Resistance Screened de Liam Gillick

    Guehry que fais-tu ?

    Dead End de Sophie Calle.

     

    Pavillon Four Cubes to Contemplate our Environment de Tadao Ando.

    Silver Room de Ti-A

    Par hasard...Truims Penches de Jenny Holzer.

    Une nouvelle oeuvre en construction.

    L'ancienne chapelle habillée par Tadao Ando et la Grande Croix Rouge de Jean-Michel Othoniel.

    Foxes de Michael Stipe.

    Self Portrait : Cat inside a Barrel de Tracey Emin.

    Aix de Richard Serra

    Paul Matisse, Meditation Bell

    Drop de Tom Shannon.

    Fin de la balade mais ce n'est pas fini ; Small Crinkly d'Alexander Calder.

    C'est le moment de goûter la production du château...

    Salle d'expositions.

    Le Chais de Vinification de Jean Nouvel.

    Bon, la journée n'est pas finie, on file voir le Colorado provençal ... 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique