• libération lutterbach pfastatt

    Cette année, nous fêtons les 75 ans de la Libération de notre ville.Tous les 5 ans, la commémoration prend une autre dimension. Associées pour l'occasion, les 2 villes, Lutterbach et Pfastatt préparent une cérémonie d'envergure avec spectacle, expositions de photographies, d'engins militaires mais surtout... c'est l'occasion d'inviter les Libérateurs.

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    Cette année, nous avons eu la surprise et la joie de revoir deux anciens combattants, deux Libérateurs, Le Provost 95 ans et Cervera 99 ans !

    libération lutterbach pfastatt

    C'est évidemment remarquable de retrouver ces hommes (ici encadrés par le maire et le gendarme). 

    libération lutterbach pfastatt

    Nous pensons aussi à ceux qui n'ont pas pu faire le déplacement, à monsieur Don Jacques Finidori notamment. Après une chute au mois d'octobre dernier, il se remet peu à peu mais ne peut quitter la maison de retraite.

    libération lutterbach pfastatt

    Après la messe à la basilique et la cérémonie aux monuments aux morts de Lutterbach, le cortège se rend au monument de Pfastatt pour l'hommage solennel.

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    Une vingtaine de porte-drapeaux étaient présents pour cette journée de commémoration.

    libération lutterbach pfastatt

    libération lutterbach pfastatt

    Tandis que la liste des camarades tombés sur le champ de bataille est lue et que résonne la sonnerie aux morts, les 2 hommes écoutent et pensent. Peut-être que des images  de cette époque resurgissent furtivement.

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

     

    libération lutterbach pfastatt

    Il ne manquera qu'une seule chose à ses réjouissances, le chant de la compagnie. Cette fois, les paroles de la coloniale n'ont pas résonné devant la stèle des camarades. Triste.

    Après les 2 hommages, tout ce monde se rend à la salle de sports de Pfastatt pour échanger un peu, faire des photos et déjeuner.

    libération lutterbach pfastatt

    Les deux Libérateurs et leurs familles.

    Le repas va démarrer, dernières heures partagées avec ces hommes. Une question reste en suspend, combien seront encore présents à la prochaine commémoration ? Une page sera définitivement tournée et l'oubli s'installera.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Pas une miette de neige, pas le moindre flocon en plaine, alors pourquoi ne pas ressortir VTT, VTC, fixie, vélo de route ou autre engin à 2 roues ? Et pourquoi ne pas aller jusqu'à Bretagne ? En plus de faire un peu d'exercice, on peut profiter d'une magnifique lumière en fin de journée...

     

     

    Le port de Dannemarie / Wolfersdorf

     

    Le pont canal : Construit en 1834 en pierres de taille, ce pont canal permet aux bateaux de franchir la Largue (une rivière).
    D'une longueur de 35 m, il repose sur quatre piles reliées entre elles par des arches voûtées. On voit le canal à gauche et la piste cyclable à droite, la rivière en-dessous...

    Voilà, Bretagne et ses 250 habitants, les Brettains mais pas de chapeaux ronds...

    Non, non, nous ne sommes pas au mois de mars, c'est bien la mi-janvier ! Tous les sportifs de la gaule sont de sortie.

    Après deux ou trois essais, aujourd'hui je pousse jusqu'à Montbéliard...

     

    Vers 16 heures, il est temps de rebrousser chemin, la température chute rapidement et le bout des pieds supporte mal...

     


    7 commentaires
  •  Un beau mois de janvier en Alsace assurément, pas de neige du tout en plaine ! Le beau ruban noir le long du canal du Rhône au Rhin appelle le cycliste. Tout de suite après la gare, l'Almaleggo est presque fini. Joli spécimen. Son nom, il le doit au quai de l’Alma où il a pris pied et à de célèbres briques de jeu d’origine danoise (on remarquera que les couleurs vives de la célèbre marque n'y sont pas / jaune, noir, rouge, bleu).

    Oeuvre conjointe de l’architecte Franco Viganotti et de la société de promotion Sodico, cet immeuble de standing s’élève au 46 du quai de l’Alma. Sa gestation a été longue : quatre ans et demi se sont écoulés depuis les toutes premières esquisses signées par l’architecte Franco Viganotti, de l’agence mulhousienne Aea. Visuellement, l’immeuble de l’Almaleggo a la forme d’un « H » de 45 m de haut avec jardins suspendus, dont les deux pieds de verre sembleront flotter au-dessus du canal ; un édifice de onze étages  avec des porte-à-faux spectaculaires.,

    Tout de béton brut façon travertin pour les façades, béton blanc gommé pour les garde-corps de 1,20 m de haut et bardages métalliques couleur platine pour une partie des étages supérieurs). C'est une oeuvre d'art pour ce quartier en pleine mutation.

    Arrivé 18 km plus loin, voici un bel aileron surgissant du canal. L'écluse de Kembs / Niffer a été réalisée par les architectes François Doyelle, Franck Guêné et Jean Brucy en 1994 (info VNF).  L’écluse principale de Niffer était censée s’intégrer au projet de mise à grand gabarit de la liaison Rhin-Rhône abandonné en 1977 après la réalisation et la mise en service d’une première section de Niffer à Mulhouse. L'opposition des agriculteurs du Sundgau aura réussi à faire capoter le projet et ainsi faire circuler des milliers de camions supplémentaires sur les routes du pays. 

    Le fonctionnement de l'écluse est informatisé; elle permet le franchissement d’une chute de plus de 5 mètres aux convois pouvant dépasser plus de 180 mètres pour plus de 3000 tonnes de fret à destination ou en provenance du port de Mulhouse Ile-Napoléon. Les plaisanciers ou péniches traditionnelles de 38,5 mètres de longueur peuvent continuer leur chemin au-delà de Mulhouse sur la branche sud du canal du Rhône au Rhin petit gabarit.

     

    Quelques mètres plus loin, une autre écluse avec sa tour de commande. Celle-ci ainsi que le bâtiment administratif contigu construits en 1960-1961 sont signés de Charles-Édouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier (1887-1965).

    Le Corbusier eut le souci de renouveler l'architecture en fonction de la vie sociale et d'utiliser des volumes simples, articulés selon des plans d'une grande liberté, qui tendent à l'interpénétration des espaces.

     On fait la course ? Non ? Il faut rentrer...

     50 logements dont quelques duplex sont prévus avec des superficies de 33 m² à 131 m², sans compter les généreuses terrasses. A l'intérieur : parquets de bois massif, plafonds et murs de béton brut, immenses baies vitrées tout aluminium de 2,30 m de haut… L’un des plus beaux appartements est parti pour un peu plus de 600 000 €.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique