• Après la visite du centre ville, direction ce bâtiment étrange.

    Je le trouve superbe, unique. C'est le musée de la 2de guerre mondiale. Entrons.

     Avoir désigné Gdańsk comme emplacement du Musée de la Seconde Guerre Mondiale ne doit rien au hasard. Il semble que ce choix est pleinement justifié au regard du rôle de cette ville dans l’histoire de l’Europe. Après la Ière Guerre mondiale, Gdańsk devint une Ville Libre sous l’égide de la Société des Nations, ballottée entre la Pologne et l’Allemagne. Dès l’automne 1938, le rattachement de Gdańsk au IIIème Reich fut l’une des exigences de Hitler. Son rejet par la Pologne ouvrit la voie à l’éclatement des hostilités. C’est ici que, le premier septembre 1939, fut déclenchée une attaque allemande contre les installations militaires polonaises sur la presqu’île de Westerplatte, ce qui est considéré comme le commencement de la Seconde Guerre Mondiale.  

    En 1945, Gdańsk, sa voisine Gdynia et tout le littoral poméranien furent à leur tour le théâtre du grand exode de la population allemande fuyant en débandade devant l’Armée Rouge. Gdańsk subit aussi d’énormes pertes lors du siège et des premiers jours qui suivirent sa conquête par les troupes soviétiques (une grande partie de la ville dut être reconstruite et les traces évidentes des destructions de la guerre sont encore visibles aujourd’hui). Peu de temps après, commencèrent au même moment l’expulsion de la population allemande et l’arrivée des Polonais contraints à abandonner leurs terres natales, annexées à la fin de la guerre par l’Union Soviétique. Gdańsk devint par la suite l’un des plus importants lieux de protestation contre la dictature communiste (décembre 1970, août 1980) et le berceau de „Solidarność” et de son grand combat pour la liberté.

    Le projet du bâtiment du Musée de la Seconde Guerre Mondiale à  Gdańsk a été choisi lors d’un concours international d’architecture. La proclamation solennelle des résultats du concours a eu lieu le 1er septembre 2010. Le premier prix a été décerné sur décision du Jury au projet du Studio d’Architecture „Kwadrat”, de Gdynia. L’ouverture du bâtiment est prévue pour le début de 2017. L’édifice a une superficie d’environ 23 000 m².

    Un des principaux objectifs du musée est de montrer au monde l’expérience de la guerre pour la Pologne et les autres pays de l’Europe centrale et orientale, à bien des titres différente et peu connue en Europe occidentale et dans le reste du monde. Un accent fondamental reviendra dans la narration historique au sort des individus, des communautés et des peuples. L’histoire militaire formera un arrière-plan du récit sur la vie quotidienne des civils et des soldats, sur la terreur de l’occupation, sur des phénomènes, tels que le génocide, la résistance contre l'occupant et la grande politique. La finalité d'un tel traitement du sujet consiste à rendre ce qu’eut d’exceptionnel l'expérience de la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle c’est la population civile qui subit les sacrifices les plus lourds.

    La visite s'effectue avec un audio-guide muni d'un GPS; les commentaires évoluent ainsi au rythme de la progression du visiteur sans aucune intervention.

    Une part centrale de la présentation du Musée est dédiée au sort des populations civiles, des combattants, des prisonniers de guerre, qu’il s’agisse de leur vie quotidienne ou des exactions et des crimes dont ils furent victimes. Les conflits et épurations ethniques sont traités, de même que les déplacements forcés de nombreuses populations. Les mouvements de résistance sont présentés sur l’arrière-plan du large spectre où s’affrontèrent les multiples options et comportements des sociétés et des individus : de l’adhésion et du soutien à des régimes criminels jusqu’aux diverses formes de collaboration et de l’indifférence ou l’attentisme jusqu’à la résistance passive ou active. 

    Les aspects diplomatiques et politiques, sans être absents, constitueront plus un accompagnement documentaire qu’une partie spécifique de l’exposition. Il en ira ainsi par exemple de la présentation du phénomène des gouvernements en exil – tant constitutionnels (Pologne, Norvège, Pays Bas) que nés de la guerre elle-même (Tchécoslovaquie, France Libre, Belgique). Une place particulière reviendra naturellement aux contrastes qui marquèrent les phases finales de la Seconde Guerre Mondiale et les conséquences de celle-ci.

    Le musée expose de nombreuses pièces authentiques dont un avion et deux chars.

    Les 6 étages du dessous ont le même caractère d'étrangeté et de mystère que la partie du dessus.

    Mise en situation réaliste.

    Les messages codés et systèmes de cryptage. 

    Des milliers de civils déportés, assassinés.

    Résistance.

    Mises en scène toujours très recherchées, aspects esthétiques réussis.

    Otto ? (l'ours de Tomi Ungerer)

    Des milliers de dossiers, de fiches de police.

    La journée avance, il est temps de reprendre l'auto et d'aller voir les chantiers navals et la mer...


    votre commentaire
  • pologne autotour

     

    Petite erreur sur la carte, c'est l'aéroport Chopin ! bien plus proche de la ville...

     

    mardi 6 octobre

    Départ Basel à 20h40 avec Wizz arrivée à Varsovie Chopin(Lotnisko chopina)  à 22h35

    https://www.pologne.travel/fr    https://www.vanupied.com/guide-varsovie/

    1€ = 4,5 PLN   5€=  22,5 PLN     10€=45PLN      15€=67,5PLN

    5PLN= 1€    10PLN=2,2€     15PLN=3,3€     20PLN=4,4€     50PLN=11€

    Ne pas changer à l'aéroport de Varsovie  

    Du 6 au 7 octobre
    Holiday Inn Express Warsaw Airport
    UI. Poleczki 31 Varsovie 02-822PL

    Tél. 0048 223 73 3700

    Mercredi 7

    Visite de varsovie. Centre historique unesco

    https://generationvoyage.fr/visiter/pologne/varsovie/

    Commencez par une promenade dans le centre, visitez la vieille ville classée par l’UNESCO 

     

    La vieille ville de Varsovie (polonais : Stare Miasto) est le plus vieux quartier historique de Varsovie dont il est le centre historique. Il est limité par les rues : Wybrzeże Gdańskie (pl)Grodzka (pl)Mostowa et Podwale.

    La place du marché - avec ses restaurants, ses cafés et magasins - en est le cœur. Les rues environnantes sont des témoignages de l'architecture médiévale, tels que les remparts de la ville, la barbacane et la Cathédrale Saint-Jean.
    La Statue de la Sirène de Varsovie (en polonais Pomnik Syreny w Warszawie) est un monument situé sur la place de la Vieille-Ville. La Sirène est un des symboles de la ville de Varsovie.
    Voie royale : L'itinéraire touristique le plus célèbre de Varsovie doit son nom au fait qu'il relie les diverses résidences des monarques polonais. Long de 15 km, il s'étire de la place du Château de la Vieille Ville, résidence principale, jusqu'à leur villégiature d'été du palais de Wilanów, en passant par le palais de chasse d'Ujazdów et le majestueux parc de Łazienki. Bordée d'édifices historiques, de maisons bourgeoises, de palais et d'églises, la Voie Royale mérite un coup d'oeil.

    Centre culturel

    Jardin saxon

     

    Du 7 au 8 octobre : Nuit à Varsovie

    Jeudi 8

    Route vers Gdansk :4h20 et 373 km

    Arrêt à Malbork 

    Lforteresse teutonique de Marienbourg est située à Malbork, en Poméranie, dans le territoire actuel de la Pologne.

    Elle fut le palais de l'Ordre des chevaliers teutoniques, d’où les Teutoniques, de retour de croisade, tentèrent de bâtir une théocratie aux dépens du royaume de Pologne voisin : l'État monastique des chevaliers teutoniques. Le château et son musée sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. En construction permanente pendant près de deux cent trente ans, Marienbourg est composée de trois châteaux imbriqués les uns dans les autres.

        

    Du 8 au 9 octobre : nuit à Gdansk Ibis gdansk stare miasto

    Heweliusza 24 80-861 GDANSK - POLAND Heweliusza 24 80-861 Gdansk POLSKA

    Téléphone : 48 583006700

     

    Vendredi 9

    Visite de Gdansk 

    Gdańsk (en allemand : Danzig, d’où Dantzig ou Dantzick en français), est la 6e ville de Pologne par sa population. Située sur la mer Baltique, c'est la plus grande ville portuaire polonaise. Ayant été le chef-lieu de la voïvodie de Gdańsk entre 1975 et 1998, la ville est, depuis 1998, le chef-lieu de la voïvodie de Poméranie, avec le rang de powiat-ville.
    Gdańsk est considérée comme la deuxième ville de Pologne (après Cracovie), pour l'importance de son patrimoine historique et culturel. La ville a plusieurs beaux bâtiments et monuments de style gothique, Renaissance, maniériste et baroque. L'architecture de Gdańsk est le résultat de l'héritage laissé par les nombreuses cultures d'Europe du Nord qui, au cours des siècles, se sont installées dans cette ville: allemande, polonaise, écossaise, flamande et néerlandaise (mennonites). Cette diversité a contribué à laisser à la ville une forte empreinte architecturale, encore très visible de nos jours et qui est plus marquée à Gdańsk que dans les autres villes polonaises. Gdansk abrite également certains des plus beaux exemples de l'architecture gothique baltique en brique, comme la Basilique de Sainte-Marie, ou du maniérisme du nord, exprimé quant à lui à travers le Porte d'Or, un résultat dû à la présence dans la ville de quelques-uns des artistes et architectes les plus célèbres de ce dernier courant. Bien qu'une reconstruction minutieuse ait laissé de vastes ensembles d'architecture contemporaine, Gdańsk reste aujourd'hui l'un des exemples les plus importants du style flamand et nord-allemand en Europe centrale et orientale. L'alignement des façades fait se succéder des pignons à gradins aux pignons à volutes, très caractéristiques de l'architecture du nord de l'Europe et notamment des anciennes villes hanséatiques. Sa richesse et ses monuments historiques étant mondialement reconnus, il a été récemment proposé d'inclure la ville historique de Gdańsk sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.

     

    Visite des chantiers navals + musée de la 2de guerre mondiale

    Du 9 au 10 octobre : nuit à Gdansk

    Samedi 10

    Route vers Torun unesco puis Poznan 4h20 et 347km

    Toruń située sur la Vistule, dans la voïvodie de Couïavie-Poméranie. Elle doit ses origines à l'ordre des chevaliers Teutoniques qui y construisit un château pour l'État teutonique au milieu du XIIIe siècle, pour servir de base à la conquête et à l'évangélisation de la Prusse.

    Elle a rapidement eu un rôle commercial au sein de la Ligue hanséatique, grâce à son port fluvial sur la Vistule qui permet l'importation de marchandises venant de la Baltique et du reste de l'Europe, et l'exportation de produits locaux ou provenant de l'amont du fleuve. Nombre des imposants édifices publics et privés des XIVe et XVe siècles qui subsistent dans la vieille ville comme dans la ville nouvelle témoignent de son importance.

    La ville possède une université appelée université Nicolas-Copernic en hommage à Nicolas Copernic, natif de la ville.

    Poznań est l’une des plus vieilles et grandes villes polonaises, située à l'ouest de la Pologne, sur la Warta. Le berceau de l'Etat polonais et capitale historique de la région de la Grande Pologne.

    Avec plus de 500 000 habitants, Poznań est la cinquième ville la plus peuplée de Pologne, après Varsovie, Cracovie, Łódź et Wrocław. Elle se situe aussi sur l'axe de communications Berlin-Varsovie-Moscou et à un peu plus de 160 kilomètres de la frontière allemande.

    De nos jours, Poznan constitue un important centre de l’industrie, de la culture, de l’enseignement supérieur et des sciences. Dans la ville, il y a  25 écoles supérieures, dont 8 publiques. 
    Le centre de la ville, où l'on finit par converger, cette place est entourée de maisons gothiques, Renaissance ou baroques, dont la plupart, détruites en 1945, furent superbement restaurées après la guerre. Les façades aux teintes pastel chaudes sont parfois ornées de peintures. Remarquez aux nos 78-79, la façade au fronton surmonté de sculptures du palais Działyński érigé au 18e s. dans le style baroque et dominé par un pélican aux ailes déployées. Aux beaux jours, la place se couvre de terrasses de bois et de parasols.

     

    Du 10 au 11 octobre :

    Nuit à Poznan

    Ibis Poznan centrum

    Plac Andersa 1 61898 POZNAN - POLAND Plac Andersa 161898 POZNAN POLSKA Téléphone : 48 61/8587000

    Dimanche 11

    Route vers Wroclaw 180 km 1h50

    https://generationvoyage.fr/visiter-wroclaw-faire-voir/

    Du 11 au 12 octobre :

    Nuit à Wroclaw

    Campanile Wroclaw stare miasto

    ul. Jagiełły7, Śródmieście, Wrocław, 50-201, Pologne [tel://+48713267800]+48713267800

    Lundi  12

    Visite de Jawor, Swindnica 2h35 et 157 km unesco

    Du 12 au 13 octobre

    Nuit à Wroclaw

    Mardi 13 octobre

    Route vers varsovie Départ à Varsovie Chopin WAW à  Basel à  avec Wizz arrivée 3h11 et 349 km

     


    votre commentaire
  • Le Centre Européen de Solidarnosc a été fondé en 2008 en tant qu'institution culturelle ayant pour but de promouvoir l'idée de la victoire du mouvement Solidarité et les valeurs pour lesquelles elle s'est battue : coopération, bien commun et intégration. Le siège du Centre est situé à Gdańsk, sur la Place de la Solidarité, près du monument aux ouvriers des chantiers navals tombés en 1970

    Le corps du bâtiment se caractérise par une grande simplicité. Sa forme et sa finition en acier Corten font référence aux coques des chantiers navals. Les intérieurs ont également un caractère industriel dans lesquels espace et simplicité jouent un rôle très important. Architecte : atelier “Fort” Antoni Taraszkiewicz

    Un peu plus loin, hangars et girafes attendent patiemment.

    Solidarność parfois appelé Solidarité en français, est une fédération de syndicats polonais fondée le 31 août 1980, dirigée à l'origine par Lech Wałęsa. Dans les années 1980, ce mouvement joue un rôle clé dans l'opposition au régime de la République populaire de Pologne. Les idées du mouvement Solidarność se répandent très rapidement à travers la Pologne ; de plus en plus de syndicats sont formés et rejoignent la fédération. Son programme, bien que centré sur les revendications syndicales, est perçu partout comme une première étape pour provoquer le démantèlement du monopole du Parti communiste polonais.

    Les chantiers ont été fondés en 1945 comme entreprise nationale sur les anciens sites des chantiers navals allemands Schichau-Werft et Danziger Werft, lorsque la ville de Dantzig devint polonaise après la Seconde Guerre mondiale et fut le principal site de construction navale polonais. 

    Retour en ville avec un arrêt au stadium. Le stade Energa est un stade multi-usages situé dans le quartier de Letnica à Gdańsk en Pologne, achevé en 2011. Le stade peut accueillir 43 615 personnes. Achitecte : RKW Rhode Kellermann Wawrowsky Architektur

    La couleur a été  choisie pour rappeler l'ambre. Gdansk est la capitale mondiale de l'ambre. La Pologne compte les plus importants gisements d'ambre au monde. Plus grande ville portuaire du pays, Gdansk est considérée comme la capitale mondiale de l'ambreGdansk compte plus de 3 000 ateliers et assure 65 % de la production mondiale d'ambre.


    votre commentaire
  • Nous quittons Torun sous un crachin et descendons vers Poznan. Petit arrêt devant cette belle église en bois qui nous rappelle la Malopolska et ses magnifiques églises.

    Notre hôtel, à la frontière du centre-ville historique est en face d'un bel ensemble architectural de briques, de verre et d'acier. Un vrai vaisseau dans le ciel le lendemain matin.

    Le Stary Browar (en français, la Vieille Brasserie) est un centre commercial et artistique, proche du centre historique de la ville de Poznań. Il est adjacent à un complexe de bureaux de grande hauteur, qui regroupe le Poznań Financial Centre et l'Andersia Tower.

    Sur une superficie totale d'environ 130 000 m2, la vieille brasserie abrite environ 200 boutiques, 30 espaces de restauration, un théâtre, un cinéma, une salle de concert, un hôtel et un jardin public. Le bâtiment a été conçu par Studio ADS, à partir de la friche de l'ancienne brasserie Huggerów.

    Nous avançons vers le rynek de Poznan; la ville se réveille doucement, c'est dimanche.

    Lumières ce matin sur cette bonbonnière magnifique.

    Poznan est l’une des plus vieilles et grandes villes polonaises, située à l'ouest de la Pologne, sur la Warta. Le berceau de l'Etat polonais et capitale historique de la région de la Grande Pologne, elle est le chef-lieu de la voïvodie de Grande-Pologne ainsi que du powiat de Poznań. Avec plus de 500 000 habitants, Poznań est la cinquième ville la plus peuplée de Pologne, après Varsovie, Cracovie, Łódź et Wrocław. Elle se situe aussi sur l'axe de communications Berlin-Varsovie-Moscou et à un peu plus de 160 kilomètres de la frontière allemande.. 

     

    La place est plus lumineuse qu'à Varsovie car les bâtiments sont moins élevés.

    Au milieu de la place du marché à Poznan se dresse le magnifique hôtel de ville de style Renaissance. En 1551 on installa dans la tour de l'hôtel de ville un carillon, composé de chèvres qui chaque jour à midi pile se cognent à douze reprises avec leurs cornes. Selon la légende autrefois s'étaient de vraies chèvres qu'il s'agissait. Plus précisément le jour de l'inauguration du clocher. Elles avaient échappé aux mains d'un cuisinier, qui comptait bien les faire rôtir. Lorsque la foule aperçut les chèvres à cet endroit étrange, on décida d'ajouter un mécanisme à la tour permettant de les faire réapparaître.

    Ensemble emblématique de la ville.

    Il faut récupérer l'auto et filer vers Wroclaw...


    votre commentaire
  • varsovie pologne schnoebelen

    Nous logeons en banlieue, à proximité de l'aéroport mais en 20 minutes, nous nous retrouvons en plein centre ville; pas d'embouteillage... Pourtant la ville compte 1,8 million d'habitants et l'agglomération 3 millions. De petits parkings permettent de stationner près du centre historique.

    varsovie

    Le rynek, s'éclaire petit à petit. Magnifique ! C'est le berceau de Varsovie, établi aux XVe-XVIe siècles. Fait notable, certaines des habitations qui encadrent la place ont survécu aux bombardements nazis. C'est notamment le cas de la maison portant le numéro 36, aussi appelée "Sous le nègre". Cette demeure appartenait à un commerçant qui a choisi pour effigie la tête d'un Africain, placée au-dessus de la porte d'entrée. Ce commerçant avait certainement envie de se démarquer de ses homologues, qui préféraient généralement avoir pour enseigne un navire. Au centre de la place trône l'emblème de la ville, la Sirène de Varsovie. Selon la légende, le roi de la mer Baltique aurait eu deux filles, des sirènes. La première a décidé de prendre la direction du port de Copenhague. La seconde, elle, a remonté la Vistule et s'est donc retrouvée dans la capitale polonaise.

    varsovie

    pologne varsovie schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

    Arrivés sur la nouvelle place du marché, l'impression d'être dans une petite ville de province vous gagne; pas de circulation, pas de bruit, pas d'agitation. Une qualité de vie incroyable pour une capitale, 8e plus grande ville de l'union européenne.

    varsovie schnoebelen pologne

    varsovie pologne schnoebelen

    Marie Skłodowska-Curie est une physico-chimiste de talent dont les recherches l’ont propulsée vers une renommée mondiale. Native de Varsovie, la ville grouille de lieux qui rappellent aux passants l’histoire de sa vie partagée entre la Pologne et la France.

    varsovie pologne schnoebelen

    La route de l'ambre est, avec la route de l'étain, l'une des plus importantes voies de commerce de l'Antiquité classique. Cette route reliait, dès l'âge de bronze, la mer Baltique à la mer Méditerranée en suivant le cours de la Vistule, de l'Elbe et du Danube. Les marchands y amenaient des objets et articles de parure de bronze, ramenant en contrepartie de l'ambre, du sel, des fourrures.
    Depuis la préhistoire, l'ambre a été utilisé comme parure par l'homme, c'est sans doute l'une des premières pierres précieuses à laquelle il s'est intéressé.  Aujourd'hui encore, l'ambre de la Baltique est pour les Polonais un objet de légendes et de mystères car il possède la "lumière du monde".
    La Pologne a conservé un savoir-faire artisanal reconnu mondialement pour travailler l'ambre sous toutes ses formes et en faire des bijoux ou œuvres d'art. Gdansk, capitale mondiale de l'ambre y concentre de nombreux ateliers d'art, réputés pour leurs créations.

    varsovie pologne schnoebelen

    Pendant ce temps, un musicien s'est installé sur la place avec son orgue de barbarie, apportant une jolie note rétro très agréable.

    varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

    En partant du rynek on emprunte la rue swietojanska où nous pouvons observer deux monuments religieux côte à côte : la cathédrale Saint-Jean et l'église des Jésuites. Toutes deux ont subi d'importants dégâts pendant la Seconde Guerre mondiale et, à l'instar des nombreux monuments de la Vieille Ville, l'effort fourni par les Varsoviens pour les reconstruire à l'identique a été considérable. Ne vous étonnez pas si une statue d'ours est positionnée à l'entrée de l'église des Jésuites, l'explication en est toute rationnelle : il s'agit d'un prince de Mazovie qui, éconduit par une demoiselle, choisit de se transformer en ours. Pour lui rendre son apparence d'origine, il suffit de l'embrasser sur la bouche. Cela devrait intéresser nos lectrices car, selon la légende, il était très riche?

    varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

    Nous passons à l'extérieur des remparts pour jeter un coup d'œil à la statue du petit insurgé. Le monument du petit insurgé (en polonais: Pomnik Małego Powstańca), est un monument de Varsovie, commémorant les enfants soldats qui ont combattu et qui sont morts pendant l'insurrection de Varsovie en 1944. Il est situé dans la Ulica Podwale, au pied des remparts de la vieille ville. 

    La statue représente un jeune garçon portant un casque trop grand pour sa tête et tenant une mitraillette. Il est réputé être un jeune combattant sous le pseudonyme de « Antek », mort à l'âge de 13 ans, le 8 août 1944. Le casque et la mitraillette proviennent de l'équipement pris sur les soldats allemands pendant l'insurrection.

    Le monument imaginé par Jerzy Jarnuszkiewicz en 1946, a de nombreuses fois été copié en taille réduite. La statue a été dévoilée le 1er octobre 1983 par le professeur Jerzy Świderski - un cardiologue, courrier pour la résistance pendant le soulèvement (pseudonyme: « Lubicz ») servant dans le régiment Gustaw de l'Armia Krajowa.

    varsovie pologne schnoebelen

    Nous arrivons sur la grande place où se trouve la château royal.

    varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

    La colonne de Sigismund (en polonais: Kolumna Zygmunta), est un monument des plus célèbres de Varsovie. situé sur la Plac Zamkowy (place du palais royal). Le monument commémore le roi Sigismond Vasa, qui en 1596, avait transféré la capitale de la Pologne de Cracovie à Varsovie.

    Haute de 22 mètres, la colonne ornée de quatre aigles porte la statue du roi, vêtu d'une armure archaïque, portant une croix dans une main et brandissant son épée dans l'autre.

    varsovie pologne schnoebelen

    Le Palais de la Culture et de la Science (en polonais : Pałac Kultury i Nauki, PKiN) est un gratte-ciel édifié à Varsovie entre 1952 et 1955. Il compte 3 288 pièces réparties sur 42 étages et mesure 231 mètres (au sommet de l’antenne de télévision) sur 3,3 hectares de terrain. À l’époque de sa construction et jusqu’en 1990, c’était le deuxième bâtiment le plus haut d’Europe après l’Université d'État de Moscou. C’est encore — en 2012 — le plus grand bâtiment de Pologne et le 9e plus haut de l'Union européenne. Le visiteur peut accéder jusqu’aux terrasses du 31e étage, qui offrent une vue imprenable sur la ville.

    varsovie pologne schnoebelen

    Dans un contexte de guerre froide, Staline décida au début des années 1950 que le peuple soviétique allait offrir l'une des « sœurs » de l'architecte Lev Roudnev au peuple polonais. La construction du gratte-ciel débuta donc le 2 mai 1952 et fut achevée le 22 juillet 1955. La cérémonie d'ouverture eut lieu le 21 août 1955.

    varsovie pologne schnoebelen

    Nous empruntons une partie de la ”Voie royale” (nos "Champs Elysées") entre la Nowy Swiat et le Château royal, on peut admirer la statue de Copernic, grand astronome qui a bouleversé l’idée de système solaire. Cette œuvre du sculpteur danois Bertel Thorvaldsen, inaugurée en mai 1830, fut détruite par les Allemands en 1944 et reconstruite d’après le moulage original conservé au musée Thorwaldsen à Copenhague.varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

     Atlantes : Terme d'architecture grecque, forgé sur le nom d'Atlas, géant qui soutenait la voûte du ciel sur ses épaules. L'atlante désigne une statue masculine qui, à l'égal des caryatides, sert de support dans un édifice.

    Les atlantes jouaient le rôle des colonnes, des piliers ou encore des ordres d'applique auxquels ils s'associaient. L'utilisation la plus spectaculaire de cette figure se rencontre à Agrigente, dans le grand temple de Zeus, édifié vers ~ 460. Ces figures sont aussi appelées télamons.

    varsovie pologne schnoebelen

    La tombe du soldat inconnu polonais (en polonais : Grób Nieznanego Żołnierza) se trouve à Varsovie, place Pilsudski.

    Ce monument rappelle le sacrifice des soldats polonais lors de la Première Guerre mondiale pour l'indépendance de la Pologne. Il a été érigé en 1925, sous un portique, unique vestige de l'ancien Palais Saxon situé à l'extrémité est du Jardin saxon, ancien jardin à l'anglaise du palais de Saxe. Le soldat inhumé est un combattant anonyme défenseur de la ville de Lwow (aujourd'hui en Ukraine).

    La tombe du soldat inconnu est gardée par des militaires.

    varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

    varsovie pologne schnoebelen

     

    varsovie pologne schnoebelen

    Retour sur le stare miasto. A droite, le palais royal de Varsovie (en polonais : Zamek Królewski w Warszawie) était la résidence officielle des rois de Pologne à Varsovie. Détruit en 1944, il a été reconstruit pendant les années 1970 et est ouvert au public à partir de 1984. De nos jours, il est utilisé pour des cérémonies officielles, comme antenne du musée national de Varsovie, exposant à leur emplacement originel des œuvres d'art qui s'y trouvaient en 1939 et qui ont pu être sauvegardées pendant la Seconde Guerre mondiale et comme lieu d'expositions.

    varsovie pologne schnoebelen

    Encore un dernier passage sur la jolie petite place avant de rejoindre le parking en contrebas.

    La beauté des lieux, la quiétude de ces places, de ces rues; la qualité de vie de cette capitale sont évidentes et placent Varsovie en tête des capitales les plus agréables. Nous garderons ces belles images en mémoire.

    varsovie pologne schnoebelen

    La journée se termine, il est temps de retourner dans la banlieue. Demain, direction le nord avec la forteresse de Malbork.


    votre commentaire
  • Notre autotour finit par Wroclaw. Un petit air de Strasbourg avec ses canaux...ou de Venise.  Avec ses 110 ponts routiers et passerelles qui relient les berges de l’Oder, Wroclaw est parfois appelée la Venise polonaise (seules Venise, Amsterdam, Saint-Pétersbourg et Hambourg en comptent plus). 

    Depuis plus de mille ans Wroclaw se reflète dans les eaux de l’Oder. Portant les traces des règnes tchèque, allemand et polonais, Wroclaw est une ville véritablement européenne. La capitale de la Basse-Silésie, 4e ville du pays avec ses 637 000 habitants, Wroclaw est le centre culturel, économique, universitaire et touristique le plus important du sud-ouest de la Pologne. Ses merveilleuses maisons, ses églises, l’université et une pléiade de lauréats du Prix Nobel, sont autant de témoignages de l’ancienne splendeur de Wroclaw.

    Nous passons d'une île à l'autre et entrons ici dans le centre-ville historique.

    C'est dimanche aujourd'hui; beaucoup d'enfants ont reçu un ballon et de nombreuses femmes portent une fleur ou un petit bouquet à la main, cadeau de leur chéri.

    Nous passons sous le beau bâtiment de l'université (très réputée avec ses 10 lauréats du Prix Nobel).

    La Maison baroque au Soleil d’Or (Kamienica pod Zlotym Sloncem) abrite le Musée de Pan Tadeusz.

    Nous avançons lentement, après la grandiose université, les premiers cafés apparaissent.

    Au fil de vos pas, nous croisons d’étranges petites statues en bronze. Ces Krasnale veillent sur la ville depuis la commémoration du mouvement anarchiste « Alternative Orange » en 2001. Aujourd’hui, la chasse aux lutins est devenue une occupation à part entière. Près de 400 figurines ont élu domicile dans la ville, certaines plus cachées que d’autres. Je crois qu'il existe un plan pour les trouver tous mais il est bien plus drôle de les rencontrer au hasard, au détour d'une rue...  Ils ont même leur propre site Internet: http://krasnale.pl/en  

    Et nous voilà au rynek, la place du marché. Celle-ci est la plus grandiose, la plus impressionnante de toutes celles que nous avons vues. Les bâtiments de Varsovie étaient plus originaux, ceux de Gdansk plus fastueux mais ici, la taille change la perception générale. La place est grande, beaucoup plus grande et les couleurs s'allument en ce milieu d'après-midi. C'est magnifique ! De plus, comme c'est dimanche, l'animation est maximale, les familles déambulent, les cafés ne désemplissent pas. Ballons et fleurs se multiplient apportant un sourire sur tous les visages (même masqués  !)

    C'est bien de ce côté-ci que l'animation est la plus élevée. Cafés et restaurants appréciés attirent la jeunesse.

    La construction de l'hôtel de ville s'étend sur une période d'environ 250 ans, de la fin du XIIIe siècle au milieu du XVIe siècle. Le plan de la structure et le sol changent au cours de cette longue période, en réponse à l'évolution des besoins de la ville. La date exacte de la construction initiale n'est pas connue, mais se situe entre 1299 et 1301, quand une structure d'un étage avec des caves et une tour, appelée le consistoire, est construite. Les parties les plus anciennes de l'édifice actuel, la salle des Bourgeois et les étages inférieurs de la tour, dateraient de cette époque. La destination principale de l'édifice est alors plus le commerce que l'administration municipale.

    Les xve et xvie siècles sont des périodes de prospérité pour la ville. Le programme d'agrandissement s'accélère, en particulier au cours de la période 1470-1510, lorsque plusieurs salles sont ajoutées, la salle des Bourgeois reçoit une nouvelle voûte. L'étage supérieur commence à prendre forme avec le développement de la grande salle et l'ajout du Trésor et du Petit Trésor.

    D'autres innovations au cours du xvie siècle comprennent l'ajout des armoiries de la ville en 1536, et la reconstruction de la partie supérieure de la tour en 1558-1559. C'est la dernière étape du programme principal de construction du bâtiment qui prend l'aspect que nous lui connaissons encore aujourd'hui.

    C'est le moment de la pause.

    Fin de la 1ère journée dans cette belle ville. Après un dîner rapide au centre-ville, retour sur notre île.

    Lendemain matin : avant de partir pour la campagne alentour, un petit arrêt devant ce bâtiment étrange. La Halle du centenaire, un jalon de l’histoire de l’architecture en béton armé, a été construite entre 1911 et 1913 par l’architecte Max Berg. C’est un bâtiment à plan central au cœur du Parc des Expositions servant de salle d’exposition polyvalente. La Halle du centenaire forme un quadrilobe symétrique (trèfle), avec un vaste espace circulaire au centre qui peut accueillir 6 000 sièges. Le dôme nervuré de 23 m est coiffé d’une lanterne d’acier et de verre. La Halle du centenaire est un exemple précurseur du début de l’architecture et de l’ingénierie moderne ; elle illustre un important échange d’influences au début du XXe siècle et elle est devenue une référence majeur dans l’évolution postérieure des structures en béton armé; d'où son classement sur la liste de l'Unesco. 

     

    Fin du séjour : dernière pause avant de filer sur Varsovie et de prendre le vol retour.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique