• La fontaine saint Morand lorsque la statue du saint se trouvait encore au fond de l'eau. Je n'ai pas la date précise de cette photo mais nous sommes dans les années 1980.

    Jésus dit à la Samaritaine : "Si quelqu'un boit l'eau que je lui donnerai, il n'aura plus jamais soif... L'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source, et cette source donne la vie avec Dieu pour toujours !" (Jean 4,14)

    Une source qui vient naître sur le flanc de la montagne est un jaillissement de vie, elle fait naître comme un jardin autour d'elle. C'est comme le commencement de la création. 

    La source chante la vie au rythme des flots jaillissants : c'est une musique qui s'accompagne des bruits de la terre, elle chante et danse au rythme des passages, des cailloux, des sentiers et des forêts. Elle chante et danse, un soir de fête.


    La source est aussi un lieu de semence et d'avenir. C'est une promesse : elle devient rivière, puis fleuve... elle change le désert en terre fertile, elle fait de notre région une terre de vie, de semence et d'avenir. Elle se lance, à travers nos cités, à la rencontre d'un horizon toujours plus ouvert, toujours ailleurs.

    La source est une naissance, c'est une nouvelle chance, un pari. Elle ira de village en village, de sa source jusque vers la mer, elle deviendra la rivière. Elle affrontera l'homme pollueur, la civilisation industrielle, les détournements et les canalisations. Elle traversera tous les obstacles, elle s'arrachera des griffes de tous ceux qui veulent la dompter et lui briser sa liberté.

    La source est liberté, elle chante et fait chanter la terre, elle vit et fait vivre la création, elle jaillit, en eau pure, pour laver le cœur de la terre. Elle est richesse, elle est signe de vie et d'avenir.

    Avec elle, notre chant vient libérer la terre:
    Du côté des sources, tu fais jaillir la vie : Dieu de tous les horizons ! Du côté des sources, tu fais chanter l'Esprit : tu habites nos maisons !"

    Hubert Schmitt, prêtre

    Repêché, le saint est replacé sur son socle et l'aménagement du lieu est effectué par des habitants des 3 villages.

    La maison de "grand-mi barg" est toujours là.

     

    Le départ du petit sentier sur le pré en face de l'ancien café Christen.

    La neige a bien masqué le sentier. 

    Nous y voilà...

    A Saint Morand, patron du Sundgau.

    Il y aura un millénaire bientôt que l'illustre moine et pèlerin, 

    quittant le monastère d'Altkirch, cheminait les vendredis par ces

    Prairies, ces clairières et ces bois pour venir honorer et prier

    la Vierge Sainte en son vénérable sanctuaire de Notre-Dame du Mont

    à Gildwiller... Bien sûr, pour St Morand qui s'en revenait du pèlerinage

    de Saint Jacques de Compostelle en passant par la célèbre

    abbaye de Cluny, ce n'était qu'une toute petite étape...

    Mais encore fallait-il le faire armé du seul bourdon et d'une foi
    inébranlable...!

    Il me semble voir encore en pensée le Saint-Homme,

    marcheur infatigable et pèlerin fervent, qui chemine par

    le sentier ombragé de la forêt séculaire et qui s'assied au bord de

    la source limpide et intarissable...!

    La biche et le cerf lui tiennent compagnie...

    Le gueux harassé reçoit son aumône et le réconfort de sa parole

    inspirée...

    O terre lourde et féconde du Sundgau que tu défrichas

    et fécondas de ton saint labeur et de ta prière, qu'à toi Saint-Morand,

    au travers de l'histoire et de la légende retrouvé, elle demeure

    fidèle et généreuse !...

    Hecken, 6 septembre 1988 H. Spr.

     

    Prière à St Morand pour l'Alsace !                      (cette prière est caractéristique d'une époque et d'une vision singulière...)

    Nous vous saluons, St Morand, ardent apôtre du Sundgau, notre avocat et notre aide dans tous les besoins. Nous vous saluons de tout notre cœur ! C'est grâce à votre prière instante auprès de Dieu que toute notre contrée vous doit d'innombrables bienfaits et avant tout l’inestimable grâce d'avoir pu garder la foi de nos pères. Nous vous supplions, continuez à solliciter de Dieu que constamment nous gardions notre foi catholique. Donnez-nous toujours beaucoup de prêtres pieux et zélés.

    Protégez notre évêque et tout le diocèse. Intercédez auprès de Dieu, qu'il veuille nous épargner, nous préserver des guerres, des tremblements de terre, des maladies contagieuses, de la tempête, de la famine; mais plutôt nous pardonner nos fautes. Sollicitez la bénédiction divine sur nos familles, nos maisons et nos champs, sur nos labeurs et nos entreprises, sur tout ce qui nous appartient. Soyez notre avocat auprès de Dieu, pour que sa bonté règne sur nos villages et nos villes, sur nos montagnes comme sur nos plaines, sur toute notre chère patrie. Demandez à Dieu qu'il veuille constamment nous préserver de tous les vices et de toutes les mauvaises habitudes; bien au contraire, qu'il veuille laisser s'épanouir parmi nous toutes les vertus chrétiennes.

    Ne nous délaissez pas dans nos peines. Voyez combien nous guettent tant de malheurs autour de nous; délivrez nous de tous ces dangers par votre si puissante intercession. c'est grâce à elle que la protection divine veuille rester sur nos écoles chrétiennes, sur tous nos travaux, nos biens que nous avons hérités de nos pères afin de léguer intacts à notre tour à nos enfants et à nos générations futures. En union avec la très sainte Vierge, que vous avez toujours tant vénérée et avec tous les serviteurs de Dieu qui ont vécu sur notre sol natal, présentez notre requête devant le trône du Très-Haut. N'oubliez pas Votre chère Alsace !

    N'oubliez pas non plus ceux ceux qui comme leurs pères, vous aimant sincèrement et priant avec une confiance inébranlable viennent en pèlerinage visiter ces lieux saints où vous avez si pieusement vécu et pu mourir si heureux. San oublier personne, veuillez aussi prier, grand apôtre du Sundgau, pour les les fils et les filles de notre pays, qui ont tout quitté pour aller évangéliser les païens loin de leurs familles et qui coopèrent ainsi à l'extension de la foi catholique. Vous, le puissant protecteur du Sundgau, soyez notre aide, afin que nous devenions de fervents serviteurs de Bon Dieu et que l'Alsace soit et reste le pays d'une foi vive et inébranlable. Ainsi soit-il. St Morand, protégez nous ! (3 fois) (E. Kretz vicaire général, 5 novembre 1926)

     

    La fontaine, le 1 août 2013 par Jean-Pierre.                               mon beau miroir...

    1. L'APÔTRE DU SUNDGAU AUPRÈS DE NOTRE-DAME

    La meilleure preuve que Gildwiller était déjà connu comme lieu de pèlerinage nous est donnée par la vie de Saint Morand, apôtre du Sundgau, qui vint, au début du Xlle siècle, à Altkirch, en tant que prieur. Son zèle pour les âmes ne se restreignait pas au couvent, il voulait travailler en-dehors de la région d'Altkirch. Par tous les temps, du début de l'année à la Fin, Morand traversait le Sundgau, emportant livre et bâton de pèlerin. Bien que le christianisme ait pénétré depuis longtemps notre région, il fallait approfondir la doctrine du Christ dans les âmes. Morand prêchait dans les villages, exhortait nos ancêtres à une vie chrétienne, convertissait les plus grands pécheurs, les bénissait tous, consolait ceux qui étaient très éprouvés et était pour tous d'un grand secours. Saint Morand était également un réel enfant de Marie. L'ancienne tradition raconte que tous les vendredis, il se rendait au sanctuaire de Gildwiller pour se recommander à la Vierge et mettre son action apostolique sous sa protection. (Il y a quelque chose d'émouvant dans ses déplacements...).

    Le Saint passait au cours de ses pèlerinages par Balschwiller et y annonçait la parole de Dieu. Il est vénéré depuis 1849, comme patron de l'église. A Gildwiller, même, on montre encore le sentier par lequel il traversait un pré en direction de la forêt_ Une source coule là où le sentier pénètre dans la forêt. Elle s'appelle "la fontaine de Saint Morand" (Morandsbrünnlein) et d'après la tradition populaire, le Saint se reposait là et se revigorait à la source après son trajet fatiguant et pénible. En 1905,  le Curé Moff fit capter la source et placer la statue du Saint au-dessus.

    Pour pérenniser la mémoire du pèlerinage de Saint Morand, les paroissiens d'Altkirch organisaient tous les ans, le vendredi des Rogations, une procession vers Gildwiller en portant les reliques du Saint. On déposa, celles-ci, pendant l'office, sur l'autel de la Vierge. Les croyants des paroisses environnantes venaient, aussi, ce jour-là, en procession; ils allaient à la rencontre des Altkirchois et les raccompagnaient, au retour

     

    La fête de St Morand le 30 juin 2019   

    Pour démarrer cette nouvelle année 2020, pourquoi ne pas aller voir le nouveau St Morand ?

     

    La copie en pierre n'a pas la modestie, la simplicité de l'ancienne statue. Et le matériau ne se prête guère à ce lieu. Dommage ! 

     

     

    Et on retrouve l'ancienne statue dans la chapelle de l'église (il avait quand même belle allure...)

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique