• A/ Diplôme de reconnaissance

    << Lien vers le journal l'Alsace >>
    Mémoire
    La reconnaissance de l’Alsace à ceux qui ont aidé des Malgré-nous

    le 08/08/2013 à 05:05 Hervé de Chalendar
     
    Les premiers récipiendaires du nouveau « diplôme de reconnaissance » signé par les trois présidents  des trois grandes collectivités alsaciennes. Cette cérémonie a eu lieu le 27 juillet à Bretteville-sur-Ay, dans la Manche. Ont ainsi été récompensées des personnes (ou leurs descendants) qui ont aidé  des Malgré-nous à « s’évader » de l’armée nazie, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. DR

    Les premiers récipiendaires du nouveau « diplôme de reconnaissance » signé par les trois présidents des trois grandes collectivités alsaciennes. Cette cérémonie a eu lieu le 27 juillet à Bretteville-sur-Ay, dans la Manche. Ont ainsi été récompensées des personnes (ou leurs descendants) qui ont aidé des Malgré-nous à « s’évader » de l’armée nazie, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. DR

    À l’initiative du conseiller général Jean-Laurent Vonau, les collectivités alsaciennes ont créé un « diplôme de reconnaissance » attribué aux personnes ayant « porté aide et assistance » à des Malgré-nous. Les premières remises ont eu lieu en Normandie.

     

    « Dire merci, reconnaître, c’est important aujourd’hui, non ? » Grâce à Jean-Laurent Vonau, président de la commission Culture, patrimoine et mémoire du conseil général du Bas-Rhin, l’Alsace sait « dire merci » , désormais, quelque 70 ans plus tard, à ceux qui ont aidé des Malgré-nous, lors de la Seconde Guerre mondiale. L’élu a convaincu au printemps son président, puis ceux du Département du Haut-Rhin et de la Région Alsace ; ensemble, ils ont créé un « diplôme de reconnaissance ».

    « Dire merci… »

    Illustré par les dessins des cathédrales de Strasbourg et de Metz, ce document est destiné, explique le texte qui y figure, à exprimer la « gratitude » de ces régions à ceux qui « ont porté aide et assistance à des Alsaciens et des Mosellans victimes du nazisme ». La signature du président (Kennel, Buttner ou Richert) varie selon le fait que le Malgré-nous était bas-rhinois, haut-rhinois ou à cheval sur les deux départements… Les huit premières remises de diplômes ont eu lieu le 27 juillet dernier à Bretteville-sur-Ay (Manche), sous l’égide de l’association Solidarité normande aux incorporés de force alsaciens-mosellans (Snifam), créée par Jean Bézard ( L’Alsace du 7 avril 2013).

    Ce dernier effectue actuellement un travail colossal pour exhumer, et faire connaître, les cas d’entraide entre Normands et Malgré nous. Il a déjà recensé une centaine de cas de désertions (les intéressés parlaient plutôt d’éva-sions…) sur le front de Norman-die, le plus souvent avec l’aide de la population locale. Et dans ce secteur à cette époque, il s’agissait d’abord d’Alsaciens, membres de la classe 26, versée dans la division Waffen SS « Das Reich ».

    Bientôt une médaille ?

    La cérémonie a eu lieu en marge d’un salon du livre, après une causerie-débat assurée par André Hugel, de Riquewihr. Sur les huit récipiendaires, quatre (Roger Hébert, Michel Lermaquier, Gérard Collette et Maurice Orvain) étaient des acteurs directs de ces évasions.

    C’est le travail de mémoire de la Snifam qui a incité Jean-Laurent Vonau à imaginer ce diplôme. « En aidant des incorporés de force à déserter, on leur a souvent sauvé la vie , rappelle l’élu, par ailleurs passionné d’histoire. Et ces personnes l’ont fait au péril de leur propre vie… Car alors, aider des Malgré-nous était non seulement très mal vu côté allemand, évidemment, mais ça pouvait aussi leur valoir des hostilités côté français : ces Alsaciens portaient l’uniforme SS et tout le monde ne comprenait pas toujours très bien ce qu’était l’incorporation de force… »

    Par le biais de la Snifam, des diplômes devraient être ainsi décernés régulièrement, à ces « sauveurs » et à leurs descendants. La Moselle va être associée à l’initiative. On pourra aussi, évidemment, élargir ces remises aux faits de solidarité qui se sont déroulés ailleurs qu’en Normandie. Enfin, Jean-Laurent Vonau imagine volontiers compléter prochainement le diplôme par une médaille.

    le 08/08/2013 à 05:05 Hervé de Chalendar

    « BorobudurGaschney Honneck »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :